Climat – Environnement DOSSIER : L'actu de la mer

Baie de Somme : "N'approchez pas les phoques échoués !" rappelle Picardie Nature

Par Pauline Pennanec'h, France Bleu Picardie et France Bleu lundi 10 juillet 2017 à 5:00

Il ne faut pas s'approcher des phoques à plus de 150 mètres de distance
Il ne faut pas s'approcher des phoques à plus de 150 mètres de distance © Maxppp -

L'association Picardie Nature tire la sonnette d'alarme, alors que la saison estivale a démarré : de plus en plus de promeneurs s'approchent des phoques échoués en baie de Somme, les caressent et prennent des photos, les mettant en danger. Des bénévoles sillonnent la baie pour informer le public.

N'allez pas près des phoques de la Baie de Somme ! C'est le cri d'alerte que lance Picardie Nature. L'association a lancé sa surveillance estivale sur la baie depuis la fin juin, et voit régulièrement des promeneurs s'approcher tout près des phoques, prendre des selfies, les caresser, et parfois les prendre chez eux car ils pensent qu'ils sont échoués et en danger !

Ne pas approcher les phoques à moins de 150 mètres

Les bénévoles de Picardie Nature font face à cette situation tous les jours. Ils doivent compter les phoques, surveiller en permanence la baie pour voir où se trouvent les bébés phoques. "Le chenal est très proche du Hournel, les gens les voient de très près mais c'est un problème, explique Christine Martin, coordinatrice de la surveillance estivale à Picardie Nature. Le petit phoque peut être curieux et se poser près de la foule. Les gens peuvent arriver autour de lui, et faire fuir la mère."

Julie et Balthazar comptent le nombre de phoques sur la baie grâce à une longue-vue - Radio France
Julie et Balthazar comptent le nombre de phoques sur la baie grâce à une longue-vue © Radio France - Pauline Pennanec'h

Le centre de soins de Picardie nature, qui recueillait les animaux échoués, a fermé en 2016. Aujourd'hui, les bénévoles doivent les emmener à Calais ou en Seine-Maritime. La LPA de Calais a déjà accueilli cinq phoques samariens, dont trois qui, au départ, ne nécessitaient aucune prise en charge.

Aujourd'hui, le meilleur moyen pour l'association : faire de la prévention au maximum pour protéger les 450 phoques veaux marins et 130 phoques gris de la baie de Somme.