Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Climat – Environnement

Baignade toujours interdite à l'île Charlemagne

jeudi 7 septembre 2017 à 15:08 Par Etienne Escuer, France Bleu Orléans

Les analyses effectuées cette semaine par l'Agence Régionale de Santé (ARS) révèlent encore la présence de cyanobactéries dans le plan d'eau de l'île Charlemagne. La baignade est toujours interdite.

Les analyses ont encore révélé la présence de cyanobactéries dans l'eau. Photo d'illustration.
Les analyses ont encore révélé la présence de cyanobactéries dans l'eau. Photo d'illustration. © Maxppp - PHOTOPQR/REPUBLIQUE DU CENTRE

Orléans, France

La situation ne s'améliore toujours à l'île Charlemagne. Les analyses menées par l'ARS révèlent que le taux de cyanobactérie est même un peu plus important que ces dernières semaines : 264.000 cellules/ml, contre 205.000 cellules/ml fin août. Certes, le taux est redescendu par rapport aux premiers test effectués en août (+400.000 cellules/ml), mais il est toujours au dessus du seuil limite, fixé à 100.000 cellules/mal.

La baignade est donc toujours interdite, et les clubs sportifs invités à la prudence lors des activités nautiques qui, elles, sont tout de même autorisées. Les scolaires devraient reprendre les activités à l'île Charlemagne à partir du 18 septembre prochain, et la mairie se dit optimiste sur l'évolution de la situation d'ici là. Les pêcheurs sont priés de ne pas consommer les poissons.

Concernant la No Limite Race, qui doit se tenir dans un peu plus d'une semaine, il a été demandé aux organisateurs de trouver des alternatives aux activités qui se dérouleraient dans l'eau.