Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Bassin d'Arcachon : levée de boucliers contre les interdictions du banc d'Arguin

-
Par , France Bleu Gironde

Environ 300 personnes ont manifesté ce samedi matin à Arcachon pour protester contre un arrêté préfectoral qui limite l'accès aux bancs d'Arguin et du Toulinguet.

Manifestation contre les interdictions sur le banc d'Arguin.
Manifestation contre les interdictions sur le banc d'Arguin. © Radio France - Louise Buyens

Mi-juin, la préfecture de Gironde a signé un nouvel arrêté étendant les interdictions d'utilisation des bancs d'Arguin et du Toulinguet pour préserver la biodiversité. 

Le banc d'Arguin est classé réserve naturelle depuis 1972, au titre de la protection des oiseaux migrateurs qui y ont élu domicile. La zone est règlementée par un décret du 10 mai 2017 qui fixe les règles générales de son usage par les ostréiculteurs, les plaisanciers et par la circulation humaine. 

Le banc d'Arguin est classé réserve naturelle depuis 1972.
Le banc d'Arguin est classé réserve naturelle depuis 1972. © Maxppp - Laurent Theillet

Zone de protection étendue

Il y a quinze jour, un arrêté a été ajouté à ce décret et étend le périmètre de la zone de protection de la réserve naturelle. Le texte prévoit notamment l'interdiction de pratiquer des activités nautiques, de pêcher dans la zone, de mouiller les bateaux et de poser le pied sur le banc de sable. Des restrictions qui s'appliquent sur 90% du banc d'Arguin et sur 100% du banc du Toulinguet. Ce dernier n'était pas concerné par les interdictions jusqu'à présent. 

Une règlementation qui ne passe pas auprès des plaisanciers, industries nautiques et usagers de loisirs. Environ 300 personnes, dont 33 associations du bassin d'Arcachon, sont réunies sur le port d'Arcachon pour dire leur mécontentement.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

Bruno a toujours vécu sur le bassin d'Arcachon et il a l'habitude de faire du voilier et du kitesurf sur le banc d'Arguin. "Je viens ici depuis mon enfance et je suis très peiné de voir qu'on nous confisque ce qui nous appartient. On est prêt à le partager avec les écologistes mais on n'a jamais remarqué que notre présence pouvait gêner les oiseaux. Jusqu'à maintenant, il n'y a jamais eu de problème", témoigne-t-il. 

Les professionnels du nautisme impactés

"Nos clients ne font plus de frais sur leurs bateau car ils ne savent pas s'ils vont pouvoir retourner sur le banc d'Arguin. On ne ne travaille plus, on fait le stricte minimum", regrette Jean-Pierre, un professionnel du nautisme sur le bassin d'Arcachon. 

Pour Emmanuel Martin, président de l'UBA, l'Union des Batelier d'Arcachon qui regroupe une centaine d'entreprises autour du nautisme, "cette montée en puissance des intégristes écologistes n'est pas justifiée car la population des oiseaux reste stable. Pour la Sepanso (l'association écologiste qui gère le site, ndlr), il ne faut plus de présence humaine mais on ne peut pas raisonner comme ça c'est un territoire de partage depuis toujours". 

Laissons les gens en profiter en harmonie avec les plaisanciers, les pêcheurs et l'écologie. - Emmanuel Martin (UBA)

Ils demandent l'annulation du décret

Après un rassemblement sur le port, une trentaine de personnes se sont réunies devant la Direction départementale des territoires et de la mer, à Arcachon. 

Environ 30 personnes se sont regroupées devant les Affaires Maritimes à Arcachon.
Environ 30 personnes se sont regroupées devant les Affaires Maritimes à Arcachon. © Radio France - Louise Buyens

En 2017, la Cobarc (Commission paritaire du Bassin d'Arcachon) a fait un référé auprès du conseil d’État pour faire annuler le décret. Ils espèrent obtenir gain de cause à la rentrée prochaine. En attendant, les associations envisagent des manifestations sur le banc d'Arguin. "On va revivre nos usages habituels", promet Emmanuel Martin. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess