Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Climat – Environnement

VIDÉO - Bataille lancée contre la jussie dans le Marais de Saint-Omer

lundi 12 novembre 2018 à 2:01 Par Matthieu Darriet, France Bleu Nord

Après avoir contaminé la Camargue et le Marais Poitevin, la jussie s’attaque au Marais audomarois. Cette plante très invasive a été repérée dans un étang privé. De quoi déclencher une forte mobilisation : 20 personnes viennent de procédé à son arrachage, et rien ne dit que la partie est gagnée.

La jussie doit être arrachée à la main dans l'étang contaminé du Marais audomarois.
La jussie doit être arrachée à la main dans l'étang contaminé du Marais audomarois. © Radio France - Matthieu Darriet

Clairmarais, France

Sur un étang du Marais audomarois, du côté de Clairmarais (62), des agents sont regroupés par deux, dans des barques à fond plat. Ils sont une vingtaine. Ils arrachent la jussie et remplissent de très nombreux sacs poubelles.

Une zone contaminée a été installée au bord de l'étang pour regrouper les sacs contenant la jussie et éviter la dispersion de la plante. - Radio France
Une zone contaminée a été installée au bord de l'étang pour regrouper les sacs contenant la jussie et éviter la dispersion de la plante. © Radio France - Matthieu Darriet

Une fois ramassés, les plants de jussie, qui peuvent dépasser les 3 m de long, sont stockés dans un espace délimité, une sorte de zone contaminée. Puis, ils sont envoyés vers un incinérateur de déchets. Les quantités sont astronomiques, car la plante est coriace, raconte Luc Barbier, du Parc naturel des caps et marais d’Opale : "elle se multiplie par deux tous les quinze jours, si les conditions sont favorables. Donc ça peut  aller très très vite ! La jussie rampante vient d'Uruguay, et elle est probablement arrivée ici, dans le marais, par des oiseaux, sous forme de bouture ou de graine, car la jussie est déjà présente près de Lille."

De jolies fleurs jaunes

A ce rythme de propagation, les 4.000 m2 contaminés pourraient devenir plus d’une centaine d’ha en une seule saison un peu favorable, si rien n'est fait.

La jussie est une plante à fleurs jaunes, qui peut faire plus de 3 m de long. Elle double de taille tous les quinze jours. - Radio France
La jussie est une plante à fleurs jaunes, qui peut faire plus de 3 m de long. Elle double de taille tous les quinze jours. © Radio France - Matthieu Darriet

La jussie est une plante avec des fleurs jaunes. Elle a déjà colonisé le Marais poitevin et la Camargue. Alors dans l’Audomarois, on agit vite et fort pour essayer de l’éradiquer. Le marais de Saint-Omer est une réserve de biodiversité reconnue au patrimoine mondial . " C'est très beau, mais il n'y a plus de vie aquatique, plus d'oxygène dans l'eau."

C'est une catastrophe écologique et économique.

L'année prochaine, il faudra repasser dans l'étang qui a été nettoyé. Et puis, d'ici là, il faudra vérifier les 170 km de rivières et canaux du marais, ainsi que les plus de 500 km de fossés, pour être sûr qu'il n'y a pas de jussie ailleurs.  

Il aura fallu une semaine pour nettoyer la jussie découverte dans un étang du Marais audomarois. Et au moins quatre années de vigilance s'imposent désormais, pour éviter les repousses. - Radio France
Il aura fallu une semaine pour nettoyer la jussie découverte dans un étang du Marais audomarois. Et au moins quatre années de vigilance s'imposent désormais, pour éviter les repousses. © Radio France - Matthieu Darriet

Si vous apercevez ce qui ressemblerait à de la jussie, n’hésitez pas :  contactez le Parc naturel des Caps et marais d'Opale. Ses agents préfèrent se déplacer, éventuellement pour rien, plutôt que de laisser passer un lieu contaminé. C’est le même principe que pour les autres parasites, les autres espèces invasives du marais, le myriophylle du Brésil, la tortue de Floride ou l’écrevisse de Louisiane.