Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Climat – Environnement

Béarn : les chiffres confirment un printemps peu ensoleillé

mardi 29 mai 2018 à 18:58 Par Mathias Kern, France Bleu Béarn

Le soleil se fait encore attendre en Béarn. Tout le monde a l'impression que ce printemps est vraiment "pourri", les chiffres de Météo France viennent le confirmer.

Le soleil se fait encore attendre en Béarn.
Le soleil se fait encore attendre en Béarn. © Maxppp - Vickie Flores

Pau, France

Ce début d'année 2018 est dans le top 5 des plus pluvieux depuis 30 ans à Pau, selon les chiffres de Météo France. Il y a aussi un gros "déficit d'ensoleillement", surtout en janvier, en février et en mars, il nous manque 90 heures de soleil, par rapport aux normales enregistrées sur cette période. Il y a notamment eu 19 jours consécutifs sans voir un rayon de soleil. 

Moins de soleil, davantage de pluie

Et depuis, on a changé de saison sur le calendrier, mais ce n'est pas mieux avec l'arrivée du printemps : on continue de faire grise mine. Chiffre à l'appui, la pluie aussi ne nous quitte plus. Impossible de profiter d'une semaine complète sans une goutte. + 50 % de précipitations par rapport aux normales en février, + 40 % en mars, + 20 % en avril et la tendance ne risque pas de s'améliorer en attendant les chiffres du mois de mai. 

La seule exception, c'était fin avril, avec une "mini semaine d'été", une période sèche de 6 jours et un thermomètre qui a dépassé les 25 degrés. Ce fut une maigre consolation dans un printemps définitivement "pourri".