Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Environnement

Béarn : les touristes optent pour la haute-montagne, refuge anti-canicule

-
Par , , France Bleu Béarn

Alors que les températures atteignent les 40 degrés en plaine en ce moment dans le Béarn, le climat est bien plus clément en montagne. Là-haut, les vents et l’altitude rafraîchissent l’atmosphère... et les touristes !

Le lac d’Arrémoulit, à 2 200 mètres d’altitude, est convoité par les touristes pendant la canicule
Le lac d’Arrémoulit, à 2 200 mètres d’altitude, est convoité par les touristes pendant la canicule © Radio France - Mohamed-Amin Kéhél

Pyrénées-Atlantiques, France

Plage ou montagne ? Pour certains touristes, le choix est vite fait. Au bord du lac de Fabrèges à près de 1 240 mètres d’altitude, les caravanes se suivent mais ne se ressemblent pas. L’une vient de Bretagne, l’autre d’Espagne ou encore de Vendée. 

Ici, à cette hauteur, il fait encore assez chaud mais le vent, le lac et les cascades donnent un sentiment de fraîcheur. Au milieu du petit village de caravanier, un groupe venu de Charente-Maritime discute autour d’une table. Pour eux, pas question de redescendre. "Ici, c’est impeccable, j’ai horreur de la plage et là on a le lac on peut tremper nos pieds etc" dit en souriant Christine. 

Dans le Béarn, on vient en famille ou entre amis pour prendre le frais en altitude.

La montagne, havre de fraîcheur

Quand la canicule est là, cette ruée vers les hauteurs Jean-Christophe Lalanne, lui aussi, la constate. Il est le régisseur du petit train d’Artouste qui monte jusqu’au lac du même nom, à plus de 2 000 mètres d'altitude.  

"Les gens fuient la chaleur des plaines du Béarn en prenant le petit train, quand on est là-haut _la différence de température est de l’ordre de 10 à 15 degrés_". Néanmoins, Jean-Christophe tient aussi à prévenir les touristes tentés par la montagne : le soleil cogne tout aussi fort là-haut. Casquette, eau et crème solaire sont donc de rigueur, même si la chaleur est moins perceptible. 

Jean-Christophe Lalanne, régisseur du train d’Artouste voit plus de monde en période de canicule.

En montagne, la canicule fait grimper les réservations

Plus haut encore, après le petit train et environ 1h30 de marche, au refuge d’Arrémoulit à 2 200 mètres, la température extérieure n’excède pas les 23 degrés et le lac est à 14 degrés. Ici, le lieu est géré par Eric Courgeon et sa compagne. Pour eux, aucun doute, il y a bien un "effet canicule". "Lorsque météo France prévoit de fortes chaleurs, _le téléphone sonne, sonne, sonne pour réserver !_", affirme celui qui gère ce gite durant cinq mois dans l’année, de mai à septembre. 

Le refuge d'Arrémoulit à 2 200 mètres d'altitude, dans le Béarn - Radio France
Le refuge d'Arrémoulit à 2 200 mètres d'altitude, dans le Béarn © Radio France - Mohamed-Amin Kéhél

Au bord de l’eau, certains sont venus entre amis, en couple ou encore en famille. Bernard est venu avec sa femme et ses petits enfants. Venus de Bordeaux, ils avaient prévu ce séjour depuis longtemps pour "faire découvrir une nuit en refuge aux enfants". Tous sont bien contents d’avoir échappé aux températures caniculaires de la cité girondine ! 

Au refuge d’Arrémoulit à 2 200 mètres d’altitude, la température ne dépasse pas les 25 degrés.

Un reportage au refuge d'Arrémoulit de Mohamed-Amin Kehel

Choix de la station

France Bleu