Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé – Sciences

Environnement-santé : bientôt des "pisseurs involontaires de glyphosate" en Haute-Vienne

-
Par , , France Bleu Limousin

Avez-vous du glyphosate dans votre organisme ? Etes-vous prêt à vous tester pour le savoir ? Voilà la démarche, nationale, d'un collectif de citoyens. Le principe: ceux qui le souhaitent se prêtent à des tests urinaires, qui détectent la présence de l'herbicide dans le corps.

Benoît Brulin, organisateur du réseau des "pisseurs de glyphosate" en Haute-Vienne
Benoît Brulin, organisateur du réseau des "pisseurs de glyphosate" en Haute-Vienne © Radio France - Jérôme Ostermann

Limoges, France

Avez-vous du glyphosate dans votre organisme ? Etes-vous prêt à vous tester pour le savoir ?  Voilà la démarche, nationale, et qui arrive en Limousin en ce moment, d'un collectif de citoyens. Le principe : ceux qui le souhaitent se prêtent à des tests urinaires, qui détectent la présence de l'herbicide dans le corps. L'un des organisateurs de cette opération en Haute-Vienne, Benoit Brulin était l'invité de Jérôme Ostermann sur France Bleu Limousin à 8h15.

En quoi consiste ce mouvement des "pisseurs involontaires de glyphosate" ?

C'est un rassemblement de citoyens qui veulent montrer que la population entière est imprégnée de glyphosate. On a choisi ce pesticide car il est le plus répandu en France. Les premiers tests réalisés sur environ 1000 personnes montrent que tout le monde a du glyphosate dans les urines, donc tout le monde pisse du glyphosate. Et donc on veut montrer qu'en Haute-Vienne c'est pareil. Le but final, c'est de déposer une plainte groupée pour demander l'interdiction de ce produit. Dans les urines, chacun d'entre nous a un taux de 10 à 100 fois supérieur à la norme de ce qui est admis dans l'eau potable.

Est-ce que c'est vraiment dangereux ?

Disons qu'on ne meurt pas immédiatement (rires)...  Mais il y a quand même beaucoup de gens qui sont malades. Et l'une des causes probables, c'est cette intoxication généralisée par les pesticides, les perturbateurs endocriniens, et toutes ces molécules chimiques. 

Où en est le réseau des pisseurs de glyphosate en Haute-Vienne ?

On en est à 106 personnes pré-inscrites sur notre liste, volontaires pour notre test. Il va y avoir un questionnaire pour faire des statistiques au niveau national, pour voir si on a par exemple moins de pesticides quand on mange bio, en fonction de là où l'on vit, en ville ou à la campagne. On aimerait bien avoir des agriculteurs qui utilisent les produits, pour voir s'ils ont un taux plus élevé ou pas, aujourd'hui on ne sait pas trop. Les agriculteurs sont un peu pris au pièges de ces produits là, et peut-être que cela les intéresse de connaître leur degré d'imprégnation. 

Mais comment sortir vite du glyphosate, sachant qu'il y a aussi une économie, des vies, des familles ?

Il y a une économie, mais elle court à sa perte ! Cela ne se fait pas en claquant des doigts mais cela peut se faire rapidement, il faut changer de modèle agricole, ça c'est sûr. Cela va être difficile effectivement pour les agriculteurs qui sont dans ces méthodes là depuis des dizaines d'années, mais il faut les aider à s'en sortir parce qu'on va tous mourir... Certes, on va tous mourir un jour bien sûr, mais on préférerait, comme disait Coluche, "mourir de notre vivant", et pas trop malade...