Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Climat – Environnement

Un câble sous-marin de 280 km en projet dans le golfe de Gascogne

mercredi 27 septembre 2017 à 12:05 Par Renaud Biondi-Maugey, France Bleu Gascogne, France Bleu Gironde et France Bleu Pays Basque

La pose d'un câble électrique sous-marin de 280 kilomètres de long est à l'étude dans le golfe de Gascogne, pour relier la France et l'Espagne. Une concertation avec les habitants doit débuter en octobre dans les 3 départements concernés : Gironde, Landes et Pyrénées-Atlantiques.

Le câble électrique sous-marin doit relier la Gironde au pays basque espagnol
Le câble électrique sous-marin doit relier la Gironde au pays basque espagnol © AFP - STEPHAN AGOSTINI

Ce serait un investissement d'au moins 1 milliard 750 millions d'euros : la France et l'Espagne étudient la pose d'un câble sous-marin passant par le golfe de Gascogne. Il relierait les deux pays pour renforcer l'interconnexion électrique : la France et l'Espagne pourront s'échanger plus facilement l'électricité. Si les autorités donnent leur feu vert, la mise en service est prévue en 2025.

Une concertation avec les habitants doit débuter dès le mois prochain, en octobre, en Gironde, dans les Landes et les Pyrénées-Atlantiques. C'est en effet au large de ces départements que le câble passera, à quelques kilomètres ou quelques dizaines de kilomètres des côtes. La zone précise d'enfouissement reste encore à déterminer.

On sait déjà que ce câble devrait comprendre une partie terrestre, de 80 kilomètres de long, au départ de Cubnezais en Gironde (situé à une trentaine de kilomètres au nord-est de Bordeaux). Il traversera le Médoc avant de plonger dans l'océan Atlantique du côté de Lacanau (Gironde). La partie sous-marine du câble, longue de 280 kilomètres au large de la Gironde, des Landes et des Pyrénées Atlantiques devra notamment franchir le gouf de Capbreton, ce canyon sous-marin parmi les plus profonds du monde. Un "défi d’ingénieure" selon RTE, (réseau de transport d’électricité) en France, qui porte ce projet avec son homologue espagnol REE. Le câble refera ensuite surface au pays basque espagnol, dans le secteur de Bilbao.

L'équivalent de la production de deux centrales nucléaires

Ce câble (en fait composé de 4 câbles côte à côte et mesurant chacun de 10 à 15 centimètres de diamètre) pourra transporter 2000 mégawatts, soit l'équivalent, en permanence, de la production de deux centrales nucléaires. Mais c'est surtout pour transporter l'électricité issue des énergies renouvelables que cette liaison est envisagée. Cela permettra à l'Espagne et au Portugal d'être mieux approvisionnés en électricité ; les actuelles liaisons électriques terrestres à travers les Pyrénées étant saturées. Et en sens inverse, l'Espagne pourra mieux exporter vers la France et toute l'Europe l'énergie de ses éoliennes en cas de surplus.

Avec le boom des énergies renouvelables, il faut davantage d'interconnexion entre les pays expliquent les acteurs du dossier. "Quand il fait du vent en Espagne, il en fait peut-être pas en Allemagne. Quand il fait soleil en Allemagne, il ne fait peut-être pas soleil en Espagne. Avec les énergies renouvelables, on va multiplier les lieux de production, il faut donc multiplier les interconnexions, pour profiter à chaque instant du meilleur système en fonction du climat" explique Jean-François Carenco, le président de la CRE, la commission de régulation de l'énergie.

Subvention européenne de 700 millions d'euros

La CRE en France vient d'ailleurs de signer un accord avec l'autorité espagnole de la concurrence pour repartir entre les deux pays les coûts de construction d'une telle liaison. Les deux régulateurs disent soutenir "sa candidature à une subvention européenne d'un montant de 700 millions d'euros, couvrant 40% des coûts du projet".

Avant la mise en service prévue en 2025 et le début des travaux en 2020, un débat public devra être organisé. Il est précédé à partir du mois prochain et jusqu'en janvier 2018 d'une concertation préalable avec les élus et les habitants. Une trentaine de réunions ou permanence sont prévues en Gironde, dans les Landes et les Pyrénées-Atlantiques.

Calendrier de la concertation préalable (source : dossier de concertation, établi par RTE) :

  - Aucun(e)
-