Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Bientôt une étude sur le glyphosate pour "trancher" la controverse

-
Par , France Bleu

Une étude indépendante qui aura pour but de trancher la controverse sur la dangerosité de l'herbicide glyphosate, et notamment son caractère cancérogène, va être lancée prochainement par l'Anses.

Un agriculteur pulvérise du glyphosate dans le nord-ouest de la France
Un agriculteur pulvérise du glyphosate dans le nord-ouest de la France © AFP - JEAN-FRANCOIS MONIER

Le Glyphosathe est-il cancérogène ? Si ses opposants en sont convaincus, certains défendent encore l'herbicide dont l'interdiction n'a finalement pas été inscrit dans la "loi alimentation" en septembre 2018.

Cette étude "indépendante aura pour but de trancher" la controverse sur la dangerosité du glyphosate, et notamment son caractère cancérogène promet l'Anses (Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation, de l'environnement et du travail).
 

"Nous établissons le cahier des charges d'une étude indépendante qui devrait éclairer la question des dangers du glyphosate, pour essayer de trancher cette controverse sur les dangers du glyphosate et en particulier sa cancérogénicité", a déclaré Françoise Weber, directrice générale déléguée de l'autorité sanitaire, en charge des produits réglementés, lors d'une conférence de presse au Salon de l'agriculture à Paris.

L'Anses a été saisie par les ministres de l'Agriculture, de la Santé et de l'Environnement. Lors de la clôture des États généraux de l'Alimentation, le Premier ministre Édouard Philippe avait annoncé "une expertise collective" qui devait être lancée par l'Inserm dès 2018. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess