Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Les rues de Strasbourg sillonnées par la police

DIRECT - Fusillade à Strasbourg : au moins deux morts, le tireur en fuite identifié

Climat – Environnement DOSSIER : COP24 - Quarante-quatre initiatives pour sauver la planète

COP24 - Bilan encourageant des vélos à hydrogène dans la Manche

lundi 26 novembre 2018 à 7:13 Par Valentine Joubin, France Bleu Cotentin

Après un an à Saint-Lô, quatre mois à Cherbourg, le bilan des vélos électriques à hydrogène est plutôt positif. L'autonomie et la rapidité de chargement séduisent même si le vélo est jugé un peu lourd. L'expérimentation est prolongée jusqu'en 2020.

 Les 100 kilomètres d'autonomie promis par le constructeur ont été vérifiés par les touristes à Cherbourg.
Les 100 kilomètres d'autonomie promis par le constructeur ont été vérifiés par les touristes à Cherbourg. © Radio France - Morgane Heuclin-Reffait

Manche, France

C'était une première française et même mondiale. Il y a un an, Saint-Lô était la toute première ville à proposer des vélos électriques à hydrogène à ses habitants. Dix deux roues fonctionnant avec une pile alimentée par ce combustible non polluant ont été prêtés à des salariés ou loués à des touristes. Même chose à Cherbourg à partir du mois d'août. Chaque ville a installé sa station de rechargement sur son port. Le premier bilan de ces deux expériences, soutenues par le département de la Manche, est plutôt encourageant.

La recharge en deux minutes plaît aux salariés

Premier point positif : les deux stations de rechargement fonctionne bien, "après plusieurs ajustements", se félicite Valérie Nouvelle, vice-présidente du département de la Manche en charge de la transition énergétique. Il suffit de brancher son vélo deux minutes, contre trois heures pour un modèle électrique classique. A Saint-Lô, les six vélos proposés à deux entreprises ont été plébiscités : "Dans l'entreprise Le Capitaine et l'hôpital de Saint-Lô, il y a plusieurs salariés qui prennent le vélo tous les jours pour aller au travail, raconte Laurent Pien, vice-président de Saint-Lô Agglo, des gens presque militants dans cette volonté de se déplacer sans polluer"

L'autonomie :  bon point pour les cyclotouristes

Deuxième point fort : l'autonomie du vélo. Les 100 kilomètres d'autonomie promis par le constructeur ont été vérifiés par les touristes à Cherbourg. Au départ du port de Chantereyne, une cinquantaine de personnes ont loué, pour 29 euros la journée, l'un des cinq Bhyke disponibles. "Il y en a qui sont allés au château de Tourlaville, d'autres dans la Hague, d'autres ont visité Cherbourg ou sont allés à la cité de la mer, tous les parcours sont possibles", s'enthousiasme Michel Louiset maire adjoint de Cherbourg en charge de la mobilité.

Un vélo trop lourd et pas très confortable

Les points négatifs concernent le confort du vélo. "Le réglage de la celle, du cadre. Certains trouvent aussi qu'il est trop lourd (30 kilos). Il va donc falloir que l'on fasse des ajustements et peut-être proposer une version 2 du vélo", précise Valérie Nouvelle. Le département de la Manche estime qu'il est trop tôt pour dresser un véritable bilan, l'expérience va donc se prolonger une année de plus à Saint-Lô et Cherbourg. En fonction des conclusions, les communes d'Avranches, de Granville et les îles anglo normandes pourraient elles-aussi succomber au vélo électrique à hydrogène.