Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Climat – Environnement

Bordeaux : la première hydrolienne du Pont de pierre en activité

jeudi 1 mars 2018 à 19:33 Par Elie Abergel, France Bleu Gironde et France Bleu

Le site expérimental d'hydroliennes situé à proximité du Pont de pierre a été inauguré ce jeudi. Une hydrolienne y est désormais en activité, et une deuxième devrait être installée en avril par une entreprise irlandaise.

Marc Lafosse a dû faire face à un scepticisme très fort aux débuts du projet.
Marc Lafosse a dû faire face à un scepticisme très fort aux débuts du projet. © Radio France - Elie Abergel

Bordeaux, France

Le premier électron du site hydrolien de Seeneoh a finalement été produit ce jeudi en fin de journée. En présence de l'ingénieur à l'origine du projet, Marc Lafosse, près de deux cent invités ont assisté à la cérémonie d'inauguration. Sur scène, Alain Juppé, Jean-Luc Gleyze le président du conseil départemental de la Gironde et Alain Rousset, le président de la région Nouvelle-Aquitaine se sont succédés pour féliciter les acteurs du projets. 

En avril, une deuxième hydrolienne devrait être installée et mise en fonctionnement par l'Irlandais Design Pro sur l'actuel site qui peut accueillir trois hydroliennes simultanément. 

Marc Lafosse a remis en cadeau des morceaux de câbles utilisés pour ces hydroliennes à Jean-Luc Gleyze, Alain Juppé et Alain Rousset.  - Radio France
Marc Lafosse a remis en cadeau des morceaux de câbles utilisés pour ces hydroliennes à Jean-Luc Gleyze, Alain Juppé et Alain Rousset. © Radio France - Elie Abergel

L'avenir des énergies renouvelables ?

Très satisfait, Marc Lafosse, également conseiller municipal à Bordeaux souligne que ce site, bien qu'expérimental "emploie 12 personnes". Et d'ajouter "aujourd'hui, les énergies marines renouvelables représentent 2000 emplois en France". Pour l'ingénieur, pas de doutes, il s'agit d'un secteur plus porteur et fiable que l'éolien. "On peut prévoir une marée 1000 ans à l'avance" explique-t-il. "Il n'y a a donc pas de problème de stockage d'énergie qui se pose"

Le site peut accueillir trois hydroliennes à la fois.  - Radio France
Le site peut accueillir trois hydroliennes à la fois. © Radio France - Elie Abergel

L'ingénieur a dû faire face à des difficultés propres à l'installation d'hydroliennes dans un estuaire. Notamment la mauvaise qualité de l'eau "abrasive pour certaines pièces", selon Marc Lafosse. La question de la stabilité des hydroliennes s'est également posée. 

Marc Lafosse sur les difficultés à installer ces hydroliennes dans la Garonne.

"C'est une première mondiale, nous pouvons être fiers" a affirmé Jean-Luc Gleyze."C'est un projet remarquable et exemplaire" a poursuivi l'élu. Même son de cloche chez Alain Rousset, dont la région Nouvelle-Aquitaine a financé le projet à hauteur de 700 000 euros. Car pour la Nouvelle-Aquitaine et ses 720 kilomètres de côte, les énergies renouvelables maritimes sont un secteur d'avenir.