Climat – Environnement

Bruno Millienne (MoDem) président de Natureparif : "Politiser l'écologie a été une erreur"

Par Martine Bréson, France Bleu Paris jeudi 3 novembre 2016 à 9:49

Bruno Millienne
Bruno Millienne -

Bruno Millienne, (MoDem), président de Natureparif, était l'invité de France Bleu à 8h10. Il a réagi à la très mauvaise place de la région dans le Palmarès de l'écologie. Il a évoqué le Plan vert de la Région et il a pris comme exemple le traitement des déchets.

Bruno Millienne (MoDem) président de Natureparif était l'invité de France Bleu à 8h10. Il a expliqué le très mauvais classement de Paris et de l'Ile-de-France dans le Palmarès de l'écologie par l'importance de l'urbanisation. Il a évoqué le Plan vert pensé par la Région qui prévoit d'avoir au moins 10 m2 de verdure par habitant. Il estime qu'il faut faire revenir la biodiversité dans les villes et qu'il faut redonner des îlots de fraicheur en Ile-de-France. Il estime que la grande erreur des écologistes c'est d'être devenu un parti politique. Il a évoqué le problème des déchets. Selon lui il faut trouver une autre solution à l'enfouissement.

Ecoutez l'interview de Bruno Millienne

A retenir

La mauvaise place de Paris et de la région Ile-de-France dans le Palmarès de l'écologie n'étonne pas Bruno Millienne "parce que étant donné l'urbanisation de l'Ile-de-France, on a quand même beaucoup de minéral et il est difficile de faire passer la nature dans tout ça... mais pour autant il y a des solutions quand même".

La Région va lancer le Plan vert. "C'est d'avoir d'ici 2020 au moins 10 m2 par habitant ... en tenant compte de la biodiversité".

Le Plan vert

Ce n'est pas mettre des arbres partout "Il faut qu'on revégétalise de manière intelligente c'est à dire qu'il faut qu'on utilise à la fois des plantes locales... il faut faire revenir la biodiversité en ville. On travaille aussi avec la LPO (Ligue de protection des oiseaux) pour faire revenir les oiseaux parce que ça, c'est un gros problème en Ile-de-France. Il faut qu'on fasse revenir cette biodiversité qui va redonner des îlots de fraicheur un peu partout en Ile-de-France. Il ne faut pas par exemple qu'on se jette sur les friches industrielles pour en faire obligatoirement du foncier".

La faute à l'automobile ?

"Non, pas que, il y a effectivement l'automobile... on travaille sur les nouvelles mobilités, on travaille sur les voitures électriques".

A qui la faute ?

"Je crois que c'est un peu de la faute de tout le monde. Les écologistes ont bien été des lanceurs d'alerte dans les années 80. Après ils se sont politisés. Ça a été la grande erreur. Quand on a commencé à lancer le tri des déchets, personne n'y comprenait rien et puis on a été assez didactique et puis les gens s'y sont faits. Pour autant, on n'est pas sorti de l'affaire en ce qui concerne le tri des déchets. Pour être tout à fait vertueux, il faudrait qu'on arrive à traiter à peu près 34 ou 35 catégories de déchets différents pour faire un vrai tri des déchets domestiques... donc tout ça, c'est très très compliqué..."

"L'enfouissement des déchets est un vrai problème, il faut qu'on traite les déchets de manière différente". Bruno Millienne indique que le pape de l'écologie prône le zéro production de déchets autrement dit ce qui est produit doit être 100% recyclable.

Les priorités

"La revégétalisation des villes, ça c'est très important... il va falloir aussi qu'on travaille sur les nouvelles constructions... il y a des solutions en respectant la biodiversité pour permettre cette respiration et le fait qu'on abime un peu moins notre environnement".