Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Climat – Environnement

Bruxelles dévoile sa stratégie pour rendre les voitures plus propres

mercredi 8 novembre 2017 à 20:12 Par Anja Vogel, France Bleu

Alors que la 23ème conférence mondiale sur le climat vient de s'ouvrir à Bonn, la Commission européenne propose de réduire de 30% en dix ans les émissions de CO2 des nouvelles voitures. Bruxelles veut doper l'industrie des véhicules propres, notamment électriques.

Maros Sefcovic, Miguel Arias Canete et Violeta Bulc, Commissaires européens en charge de l'énergie, du climat et des transports lors de la présentation du "paquet mobilité propre" ce 8 novembre à Bruxelles
Maros Sefcovic, Miguel Arias Canete et Violeta Bulc, Commissaires européens en charge de l'énergie, du climat et des transports lors de la présentation du "paquet mobilité propre" ce 8 novembre à Bruxelles © Maxppp - Olivier Hoslet

S'il est un secteur dans lequel les émissions de CO2 ne diminuent pas, c'est bien celui du transport routier: elles ont augmenté de 20% depuis 1990 et repésentent 22% de l'ensemble des rejets dans l'Union. Réduire cette part nous permettrait de mieux remplir nos objectifs climatiques, d'améliorer la santé des Européens (la pollution de l'air provoque 400.000 morts prématurés chaque année), mais aussi de faire face à la concurrence asiatique et américaine. Les immatriculations de voitures hybrides et électriques neuves explosent mais ne représentent qu'une infime part des ventes dans l'UE où seuls 6 modèles de voitures électriques sont actuellement disponibles contre plus de 400 en Asie.

La Commission veut doper l'industrie des véhicules vendus à partir de 2021

La stratégie dévoilée ce mercredi à Bruxelles consiste à réduire les émissions de - 30% en dix ans, avec un objectif intermédiaire de -15% en 2025. Mais l'Association européenne des constructeurs automobiles qualifie cette proposition de" très agressive", ne veut pas d'objectif intermédiaire et estime qu'une réduction de 20% d'ici 2030 est "atteignable à un coût élevé mais acceptable". Alors que les écologistes dénoncent un "cadeau de Noël" à l'industrie . L'eurodéputée Karima Delli accuse Bruxelles d'avoir "cédé aux sirènes du lobby de l'automobile, mené d'une main de maître par les constructeurs allemands". 7 pays européens avaient demandé à la Commission d'être plus ambitieuse, réclamaient une réduction de - 40%: ni la France ni l'Allemagne n'en font partie.

L'Allemagne se dit opposée à tout durcissement de la législation

Cela pourrait coûter des emplois, peser sur la croissance, et étouffer le pouvoir d'innovation de l'industrie automobile, explique l'Allemagne, alors que le dieselgate a déjà conduit l'UE à renforcer ses pouvoirs de surveillance, avec la possibilité d'infliger une amende aux constructeurs. cette nouvelle proposition ne prévoit ni quotas ni sanctions. "Les objectifs ne sont pas contraignants et ne s'accompagnent pas des mesures de tests appropriés", regrette le bureau européen des unions de consommateurs. Bruxelles préfère un système basé sur l'incitation, à l'américaine, avec, pour les plus vertueux, une augmentation des seuils pour les moteurs à combustion, dont plusieurs métropoles comme Paris cherchent précisément à se débarrasser.

ECOUTER AUSSI la chronique Tous Européens