Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Environnement DOSSIER : Le centre d'enfouissement des déchets nucléaires de Bure dans la Meuse

Bure : des occupants de retour dans les arbres du Bois Lejuc, deux personnes en détention provisoire

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Champagne-Ardenne, France Bleu Lorraine Nord, France Bleu Sud Lorraine, France Bleu

Au lendemain de l'évacuation du Bois Lejuc près de Bure, des adversaires du projet de stockage de déchets nucléaires sont revenus ce vendredi. Certains se sont réinstallés dans des arbres. Sur les sept interpellés jeudi, deux ont été placés en détention en attendant leur procès.

Des occupants du Bois Lejuc s'étaient installés dans des arbres (photo janvier 2017).
Des occupants du Bois Lejuc s'étaient installés dans des arbres (photo janvier 2017). © Maxppp - Patrice Saucourt

Bure, France

Ils avaient promis de revenir, certains sont effectivement de retour. Des occupants du Bois Lejuc, près de Bure dans la Meuse, sont revenus ce vendredi sur le site qui doit accueillir à terme un centre de stockage de déchets nucléaires ultimes. Ils avaient tous été évacués la veille, lors d'une grosse opération qui a mobilisé 500 gendarmes.

Selon la gendarmerie, trois opposants sont rentrés sur le site et deux d'entre eux se sont perchés dans les arbres. Le général Bruno Jockers, commandant de la gendarmerie du Grand Est, interrogé par Franceinfo, précise :"On va les ramener au sol en toute sécurité, on va prendre le temps"

Un journaliste de Reporterre s'est installé lui aussi dans un arbre et a témoigné : "On n’a pas vu de policiers, mais un hélicoptère tourne en permanence autour de nous. On a vu passer d’autres opposants, donc a priori, il y a du monde dans le bois, mais du haut de l’arbre, il n’est pas possible de savoir combien."

Des convocations devant le tribunal, deux détentions provisoires

Jeudi, sept opposants avaient interpellés lors de l'évacuation du bois et lors d'une perquisition à la Maison de résistance à Bure. Sur ces sept personnes, un garçon de 24 ans et une femme de 30 ans devaient être jugés en comparution immédiate ce vendredi après-midi. Le tribunal de Bar-le-Duc a renvoyé l'affaire au 19 mars. Ils sont d'ici là en détention provisoire. Elle est poursuivie pour rébellion. Il est soupçonné d'avoir jeté en direction des forces de l'ordre un objet enflammé et d'avoir fait usage de violence.. 

Sur les cinq autres gardes à vue, deux personnes ont été relâchées. Deux hommes de 21 et 23 ans, ainsi qu'une femme de 60 ans, seront convoqués devant le tribunal correctionnel le 12 juin pour outrages et/ou rébellion sur agent dépositaire de l'autorité publique.

Pas d'opposants au rendez-vous du ministre

Les opposants au projet de Bure, dont des élus locaux, avaient rendez-vous ce vendredi matin avec Sébastien Lecornu , secrétaire d'État auprès du ministre de la Transition écologique. Il s'agissait d'une rencontre programmée bien avant, à l'occasion de la première visite de Sébastien Lecornu, en janvier. Mais comme ils l'avaient annoncé hier, dès le début de l'évacuation, ces opposants furieux ont séché le rendez-vous. 

Choix de la station

France Bleu