Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Climat – Environnement DOSSIER : Le centre d'enfouissement des déchets nucléaires de Bure dans la Meuse

Bure : quatre blessés légers, huit interpellations après de nouveaux affrontements

dimanche 4 mars 2018 à 15:58 Par Emma Sarango, France Bleu Sud Lorraine et France Bleu

Les militants anti-nucléaires de Bure ont repris dimanche la direction du bois Lejuc, malgré l'interdiction préfectorale. A l'issue d'affrontements avec les forces de l'ordre, huit opposants ont été interpellés. Un gendarme et trois militants ont été légèrement blessés.

Les opposants au projet Cigéo et les forces de l'ordre se sont affrontés autour du bois Lejuc
Les opposants au projet Cigéo et les forces de l'ordre se sont affrontés autour du bois Lejuc © Radio France - Pauline Pennanec'h

Mandres-en-Barrois, France

Après une première tentative avortée samedi après-midi, les opposants au projet Cigéo, à Bure dans la Meuse, ont retenté dimanche une percée vers le bois Lejuc, épicentre de la contestation. Environ 150 militants anti-nucléaire se sont de nouveau brièvement affrontés avec les forces de l'ordre à coup de projectiles et de gaz lacrymogène.

"Il y a un blessé léger du côté des gendarmes, une légère blessure à la cuisse après avoir tenté de franchir une clôture, et _trois blessés très légers du côté des manifestants_, ce sont des écorchures" a précisé la préfète de la Meuse Muriel Nguyen. Des véhicules de la gendarmerie ont également été caillassés, selon la préfecture.

Pas de "débordement majeur"

A l'issue de ce nouveau face à face, huit opposants ont été interpellés pour "participation sans arme à un attroupement après sommation de se disperser" ou "pour violences aggravées". Les autres militants ont, eux, rebroussé chemin vers le village de Mandres-en-Barrois, choisi comme nouveau quartier général. 

Un arrêté préfectoral avait interdit toute manifestation dans la zone, dix jours après l'évacuation du bois Lejuc lors d'une opération surprise des gendarmes. "Le week-end se termine sans débordement majeur, les échauffourées ont été beaucoup plus limitées que lors des manifestations précédentes" estime Muriel Nguyen, qui précise qu'un dispositif de sécurisation sera maintenu "dans la durée".