Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Fermer
Retour
Climat – Environnement

"Ça n'arrive pas qu'aux autres" : un snowboarder des Menuires raconte le sauvetage d'un ami enseveli sous une avalanche

mardi 29 janvier 2019 à 19:46 Par Tommy Cattaneo, France Bleu Pays de Savoie et France Bleu

Il a voulu faire un peu de prévention en publiant un long texte sur sa page Facebook. Florian Arthus, snowboarder des Menuires, en Savoie, a dû secourir un de ses amis enseveli sous la neige après une sortie en hors-piste mi-janvier. Et il espère que son expérience servira aux autres pratiquants.

Florian Arthus, lors d'une sortie en hors-piste au lac Noir, aux Menuires.
Florian Arthus, lors d'une sortie en hors-piste au lac Noir, aux Menuires. - Fabien Maierhofer.

Valmorel, Les Avanchers-Valmorel, France

Les avalanches arrivent toujours quand on ne s'y attend pas, et il faut être prêt. Florian Arthus, snowboarder des Menuires et employé des remontées mécaniques, en a fait l'expérience mi-janvier. Lui et un de ses amis étaient en sortie hors-piste près de Valmorel le 14 janvier, quand l'un des deux a disparu sous la neige. "J'ai tourné la tête, et il n'était plus là", explique Florian Arthus. "Sauf que mon collègue était deux mètres sous mes pieds." Il a tout de suite sorti son détecteur de victimes d'avalanche et a commencé à chercher son ami. 

"A la base, j'ai écrit cet article pour qu'on pose sur le papier ce qu'on a mal fait et ce qu'on a bien fait" - Florian Arthus.

"L'Arva, c'est pas pour rigoler qu'on le met dans la poche," poursuit le snowboarder. "Comme on est tout l'hiver en montagne, on s'entraîne beaucoup, mais c'est jamais assez." Finalement, au bout d'une quinzaine de minutes, Florian Arthus sort son ami de la neige. "A la base, j'ai écrit cet article pour qu'on pose sur le papier ce qu'on a mal fait et ce qu'on a bien fait", explique-t-il avec le recul. "Je n'ai pas dormi la nuit suivante, c'était dur comme expérience. Et quand j'ai fait lire le texte à des amis et à ma copine, ils m'ont dit de le publier, parce que ça pourrait servir à d'autres gens."

J'ai même des amis qui m'ont avoué qu'ils avaient un Arva, mais qu'ils ne savaient pas s'en servir"

D'abord réticent, parce que "c'est facile d'être jugé sur les réseaux sociaux", le Savoyard publie finalement le texte sur sa page Facebook. "Le texte a été super bien reçu, j'ai même des amis qui m'ont avoué qu'ils avaient un Arva, mais qu'ils ne savaient pas s'en servir. Je n'ai pas fait ça pour le buzz, juste pour que, même si on a fait des conneries, ça serve aux autres."