Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Climat – Environnement

Canicule : en Haute-Garonne, des centres d'appels pour aider les personnes les plus vulnérables

vendredi 3 août 2018 à 18:45 Par Margaux Stive, France Bleu Occitanie

Alors que 10 départements d'Occitanie sont en alerte orange à la canicule jusqu'à dimanche au moins, des centres d'appels sont mis en place pour aider les personnes les plus fragiles, notamment les personnes âgées.

Il existe 23 "Maisons des solidarités" en Haute-Garonne dont 11 à Toulouse
Il existe 23 "Maisons des solidarités" en Haute-Garonne dont 11 à Toulouse © Radio France - Margaux Stive

Toulouse, France

Tous les matins depuis le début de l'alerte canicule, le personnel de la "Maison des solidarité" de Saint-Jean, au nord de Toulouse, décroche le téléphone. Au bout du fil, une dizaine de personnes âgées, fragiles, et particulièrement vulnérables. Le but : éviter une nouvelle catastrophe comme en 2003 où près de 19 500 personnes étaient mortes à cause de la chaleur.

"Vous avez un ventilateur?"

Avec le département de Haute-Garonne, les 23 "Maisons des solidarités" dressent et actualisent tout au long de l'année une liste de personnes vulnérables. La majorité sont des personnes âgées et isolées, mais il y a aussi quelques enfants, et des personnes malades. Mais toutes ont un point commun : être particulièrement  en danger au moment de la canicule.

En Haute-Garonne, 2 040 personnes sont inscrites sur cette liste, et réparties entre plusieurs "Maisons des solidarités". Là bas, le personnel appelle tous les matins les personnes en question, pour leur demander comment elles vont, leur donner des conseils pour supporter la chaleur, et surtout les aider en cas de problème.

Ce matin là, à la "Maison des solidarités" de Saint-Jean, le Dr Jacqueline Agnel, par exemple, essaye de convaincre Georges* d'allumer son ventilateur. Dans son salon, il fait plus de 27 degrés à 11 heures du matin, mais il refuse de l'utiliser. Il faut donc "y aller avec diplomatie", explique le Dr. Agnel, car les interlocuteur sont parfois "résistants".

Un lien de proximité

Des personnes qui sont déjà prises en charge à l'année, comme bénéficiaires de minima sociaux, ce qui permet de développer un lien de proximité et d'être plus efficace en cas de problème. "La plupart des gens nous connaissent, nous les connaissons aussi, nous connaissons le logement dans lequel ils vivent, parfois nous connaissons l'entourage donc nous pouvons être vigilants régulièrement", explique Sandrine Perita, chargée de coordination gérontologie à la "Maison des solidarités" de Saint-Jean. 

Un dispositif qui permet aussi à d'autres personnes en difficulté de se faire aider. Si c'est votre cas vous pouvez appeler le 0 805 36 36 31.

*Le prénom a été changé

Le reportage de France Bleu Occitanie 

Reportage à la "Maison des solidarités" de Saint-Jean, au nord de Toulouse