Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Environnement DOSSIER : Le pourquoi du comment

Canicule et travail : quelles sont les règles ?

-
Par , France Bleu Auxerre

Alors qu'une période de canicule s'installe en France, on s'intéresse aux conséquences des fortes chaleurs sur notre travail.

Photo d'illustration
Photo d'illustration © Maxppp - Claude Prigent

Une vague de chaleur d'une précocité sans précédent frappe la France cette semaine, avec des températures qui pourraient dépasser les 40°C. Qu'on travaille dans un bureau, dans un commerce ou sur un chantier, on se pose parfois la question : "puis-je refuser de travailler parce qu'il fait trop chaud ?" Eh bien la réponse est oui... mais non ! Ou disons qu'il faut vraiment que ce soit un cas extrême, car le Code du travail ne parle pas des températures. Il dit simplement que si un "danger grave et imminent" menace votre vie ou votre santé, vous avez le droit d’exercer votre droit de retrait. 

L'Assurance maladie préconise une température au travail entre 14 et 33 degrés. Et l'Institut national de recherche et de sécurité pour la prévention des accidents du travail et des maladies professionnelles, de son côté, recommande une température inférieure à 33 degrés. 

Donc, s'il fait trop chaud et que votre patron ne fait rien pour arranger ça en installant des ventilateurs ou un système de climatisation, vous pouvez exercer votre droit de retrait, mais il faut prendre garde de bien notifier votre employeur avant. Mais attention, il faut pouvoir prouver les températures excessives et le risque pour la santé. Sinon, ça peut être considéré comme un abandon de poste et se finir par une sanction et même un licenciement.

Des aménagements pour les personnes qui travaillent à l'extérieur 

La encore, le code du travail n'est pas spécifique, mais tout dépend de la même obligation légale qui incombe à l'employeur d'assurer la santé physique et mentale de ses salariés. L'Institut national de recherche et de sécurité pour la prévention des accidents du travail recommande d'adapter le rythme : commencer plus tôt, par exemple, si on travail à l'extérieur ou dans un pressing, par exemple.

  - Visactu
© Visactu -

Il convient de fournir de l'eau en quantité suffisante et parfois, il est aussi nécessaire de prévoir des temps de pauses supplémentaires, voire de limiter le travail physique. Ainsi en Lorraine, la justice a donné raison à l'employé d'un couvreur qui avait refusé de travailler sur un toit pendant plus de cinq heures, en pleine canicule de 2003. Il avait été licencié. La justice à estimé que c'était un licenciement abusif.

Venir en short  au boulot : ça dépend

En cas de forte chaleur, on supporte assez mal certains uniformes ou bien les costumes-cravates... alors forcément, on se dit que par 40 degrés, on peut faire une entorse à la règle. C'est possible, mais seulement avec l'accord de l'employeur. 

Par ailleurs, s'il y a changement de tenue, il faut que cela ne remette pas en cause votre sécurité, celle de vos collègues ou l'hygiène du lieu de travail. Enfin, si votre entreprise vous impose une tenue pour des questions d'images ou de représentation, vous ne pouvez pas vous présenter en tongs et en marcel sans l'autorisation de votre patron, sauf si la tenue en question est vraiment incompatible avec la météo.