Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Environnement

Sécheresse : Laurent Palasse, sourcier à Saint-Beauzire, constate les effets du réchauffement climatique

-
Par , France Bleu Pays d'Auvergne

Avec la sécheresse et le réchauffement climatique, Laurent Palasse est de plus en plus sollicité. Par les particuliers, mais aussi les maraîchers ou les agriculteurs. Sourcier, comme son arrière grand-père, il s'inquiète pour l'avenir.

Le sourcier est très sollicité avec la canicule
Le sourcier est très sollicité avec la canicule © Radio France - Jean-Pierre Morel

Clermont-Ferrand, Auvergne-Rhône-Alpes, France

Dans la cour de sa maison, à Lussat dans la plaine de la Limagne, Laurent Palasse sort son matériel pour la démonstration. Mais contrairement à son arrière grand père, il n'utilise plus la traditionnelle baguette en noisetier. "Ce sont des baguettes en cuivre, montées sur roulement à billes, avec des tiges en laiton" précise le sourcier. Quelques pas seulement, et les baguettes se mettent à bouger. "Le filon est ici" dit-il en marquant l'endroit avec son pied. 

Des forages plus profonds

Avec la sécheresse, le téléphone n'arrête pas de sonner. Car Laurent Palasse perpétue la tradition familiale. "Avant, il y avait un sourcier dans chaque village, aujourd'hui nous ne sommes plus que deux ou trois dans le Puy-de-Dôme".

Laurent Palasse utilise notamment des baguettes en cuivre et laiton - Radio France
Laurent Palasse utilise notamment des baguettes en cuivre et laiton © Radio France - Jean-Pierre Morel

Quand il n'utilise pas les baguettes, Laurent Palasse a recours au pendule, "c'est surtout sur plan, quand je ne peux pas forcément me déplacer". Mais depuis plus de vingt qu'il pratique, Laurent Palasse a constaté les effets du réchauffement climatique.

Je suis très sollicité par les maraîchers ou les agriculteurs... Laurent Palasse, sourcier

"Je vois beaucoup de particuliers faire des forages, notamment pour remplir les piscines, mais on va taper sur les mêmes veines, et à la même profondeur, on va vers un assèchement" s'inquiète le sourcier. 

Il faut creuser plus profond pour trouver l'eau  - Radio France
Il faut creuser plus profond pour trouver l'eau © Radio France - Jean-Pierre Morel

Si les particuliers font de plus en plus appellent à lui, les maraîchers et les agriculteurs sont également très demandeurs. "les éleveurs viennent me voir effectivement, car les bêtes consomment beaucoup d'eau, c'est vital pour leurs exploitations". Une fois qu'il a localiser l'eau, "une ou deux veines, c'est bien, trois ou quatre, c'est encore mieux, et cinq, c'est le top", il faut alors creuser. "Quand j'ai commencé, on trouvait l'eau à huit ou dix mètres de profondeur, maintenant c'est plutôt vingt".