Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Climat – Environnement

Capbreton : dans 100 ans, un quartier pourrait disparaître sous l'océan

mardi 6 novembre 2018 à 23:43 Par Paul Ferrier, France Bleu Gascogne et France Bleu

Tout un quartier de Capbreton sous l'eau, des vagues qui s'écrasent sur les immeubles de la place des Landais à Hossegor... Ce n'est pas un film catastrophe mais les résultats d'une étude des services de la préfecture des Landes présentée ce lundi à Hossegor.

Selon l'étude des services de l'Etat, dans 100 ans, l'océan aura atteint et engloutie une partie des maisons du lotissement derrière la plage de la Piste.
Selon l'étude des services de l'Etat, dans 100 ans, l'océan aura atteint et engloutie une partie des maisons du lotissement derrière la plage de la Piste. - Google map

Capbreton, France

À quoi pourrait bien ressembler la côte de Capbreton et Hossegor dans 100 ans ? Montée de l'océan, recul du trait de côte et tempête. Voilà ce sur quoi se sont récemment penchés les services de l'Etat. La DDTM, la Direction Départementale des Territoires et de la Mer est en train de prévoir les règles d'urbanisation qu'il faudra suivre face aux risques liés à l'océan. On appelle cela un Plan de Prévention des Risques Littoraux, né suite au drame de la tempête Xynthia en 2010.

"Ce n'est pas de la science fiction"

Pour préparer ce plan de prévention face aux assauts de l'océan, l'Etat a commandé une étude dont les résultats ont été présentés ce lundi à Hossegor lors d'une réunion publique. Cette étude, c'est un peu le scénario d'un film catastrophe. Une étude très pointue qui s'appuie sur des modélisations informatiques. Elle étudie le recul du trait de côte dans 100 ans et les effets d'une tempête dites du siècle aujourd'hui et dans 100 ans. 

Carte de submersion marine dans 100 ans. Les taches jaunes correspondent aux zones les plus inondées en cas de tempête exceptionnelle.  - Radio France
Carte de submersion marine dans 100 ans. Les taches jaunes correspondent aux zones les plus inondées en cas de tempête exceptionnelle. © Radio France - PF

La tempête du siècle

Alors si une tempête du siècle, sur le modèle de Xynthia en 2010, frappait le littoral aujourd'hui, il y aurait submersion marine. L'océan entrerait par le port de Capbreton et inonderait la ville, notamment par le mini-golf, comme le montre la carte ci-dessus. Les zones en jaune étant les quartiers les plus touchés. Via le canal du lac, Hossegor serait aussi inondé. Beaucoup d'habitations sont donc concernées. 

Dans 100 ans, avec cette même tempête du siècle, la situation serait même encore plus grave. Car l'étude  prend en compte le réchauffement climatique et la montée des océans. Les services de l'Etat estiment que l'océan va monter de 60 cm. Ils sont plus optimistes que les scientifiques du GIEC qui eux estiment cette montée des eaux de un mètre. 

Un quartier submergé

Ce qui est aussi très inquiétant dans cette étude, c'est la prévision du recul du trait de côte. Sur les cartes présentées par le DDTM, en un siècle, la plage centrale d'Hossegor disparaîtrait. Le trait de cote atteindrait le niveau des premier bâtiments de la place des Landais. Les vagues viendraient casser sur le Rock Food...   

La situation sera encore moins enviable à Capbreton. En 2118,  une partie du quartier résidentiel derrière la plage de la Piste n'existerait plus. Plus d'une trentaine de maisons actuelles serait sous l'eau, en deçà du trait de côte. Sachant que, contrairement au scénario de submersion marine consécutif à une terrible tempête évoqué plus haut, ici, pour le trait de côte, le réchauffement climatique n'est pas pris en compte. En petit, sur la légende des cartes de la DDTM, il est écrit qu'avec le réchauffement climatique, il faudrait avancer de 30 mètres la ligne du trait de côte dans les terres. 

À Capbreton, la mairie explique que les mesures prisent par la ville depuis des années contre l'érosion du littoral (comme le bypass) sont prises en compte par l'étude. Mais c'est le seul commentaire de la ville. La municipalité renvoie sur la DDTM ou invite à venir ce lundi 12 décembre à la réunion publique. La même que celle de ce lundi à Soorts-Hossegor.  

Sur la carte derrière Xavier Gaudio et le directeur de la DDTM des Landes, le trait bleu correspond au trait de côte dans un siècle. Le noir, l'actuel.  - Radio France
Sur la carte derrière Xavier Gaudio et le directeur de la DDTM des Landes, le trait bleu correspond au trait de côte dans un siècle. Le noir, l'actuel. © Radio France - PF

"Améliorer, renforcer les ouvrages"

Que faire face à ce danger qui, si on ne sait pas s'il adviendra tôt ou tard, du moins pour la tempête exceptionnelle, semble, selon les dires même du directeur landais de la DDTM, inéluctable. S'y préparer et tenter de lutter. Le maire d'Hossegor, qui a pris connaissance de cette étude il y a un mois et demi, explique que "des millions d'euros"devront être investis pour se protéger. Des audits sont déjà en cours pour vérifier la bonne santé des ouvrages qui protègent la place des Landais mais aussi les berges du canal. Et le maire Xavier Gaudio sait déjà que les collectivités vont s'endetter sur de longues années. 

Avec cette étude, pour le moins alarmiste, les services de l'Etat vont désormais s'atteler à en tirer des conséquences pour les règles d'urbanisation. Déterminer des zones, dans ces communes, qui deviendront inconstructibles ou constructibles avec plus ou moins de règles à respecter. Voilà de quoi tendre un petit peu les propriétaires de biens immobiliers hossegoriens venus à la réunion ce lundi. L'inquiétude que leur maison soit placée dans une case à fort risque ce qui aurait pour conséquence de dévaluer le bien. 

Après la présentation de cette étude devant moins de 100 personnes à Hossegor ce lundi, la même étude sera présentée à Capbreton lundi prochain. En décembre dernier, Mimizan avait signé son PPRL. D'ici quelques mois, ce sera au tour de Vieux Boucau-Soustons.