Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Environnement

CARTE - Sécheresse : dix-sept départements soumis à des restrictions d'eau

-
Par , France Bleu

Selon le Bureau de recherches géologiques et minières (BRGM), de nombreuses nappes phréatiques affichent des niveaux "peu satisfaisants" et plus bas que l'an dernier pour la même époque. Dix-sept départements sont déjà soumis à des restrictions d'eau, et les problèmes pourraient s'aggraver cet été.

Les nappes phréatiques sont à des niveaux plus bas que la normale pour la saison.
Les nappes phréatiques sont à des niveaux plus bas que la normale pour la saison. © AFP - NORBERT SCANELLA

L'été sera plus chaud que prévu, et cela pourrait causer des problèmes dans certaines régions, où déjà, les nappes phréatiques affiches déjà des niveaux "peu satisfaisants" et "inférieurs" à ceux de l'année dernière à la même époque selon le Bureau de recherches géologiques et minières (BRGM) qui a publié son dernier rapport, ce mardi. 

Des restrictions pour dix-sept départements

Pour certains départements la situation est déjà compliquée : dans le sud de l'Alsace, en Bourgogne et dans le Rhône certaines réserves était déjà "proches des minimas enregistrés pour un mois de mai". Actuellement, dix-sept départements sont soumis à des restrictions d'eau plus ou moins importantes, qui montrent que les nappes phréatiques n'ont pas assez de réserve.

La sécheresse de 2018 a laissé des traces chez les agriculteurs qui s'inquiètent fortement des conséquences d'une nouvelle forte vague de chaleur cet été. D'autant que selon Météo France, de très fortes chaleurs voire une canicule est à prévoir à partir de la semaine prochaine, ce qui n'augure rien de bon pour un été qui s'annonce chaud avec des températures supérieures aux normales. 

Météo France a toutefois tempéré en expliquant qu'aucun scénario clair ne se dégage pour les précipitations. 

  - Visactu
© Visactu

Un manque de pluie cet hiver

Ce manque de réserve dans les nappes phréatiques s'explique notamment par le fait qu'il n'a pas assez plu cet hiver, et que donc la recharge habituelle n'a pas été fournie aux nappes qui ont commencé à se vider dès le printemps. 

Si les précipitations survenus lors du mois de mai ont ralentit le processus, au 1er juin, 59% des nappes se situait à "un niveau bas à bas" selon le dernier bulletin du BRGM. 

De manière générale, "c'est beaucoup moins bien que l'année dernière" où la situation était globalement satisfaisante en sortie d'hiver, "mais plus favorable qu'en 2017 où il y avait eu énormément de restrictions d'eau" explique l'hydrogéologue Laurence Gourcy lors d'une conférence de presse. Ce sont les "secteurs à problème pour cet été" explique-telle.