Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Climat – Environnement DOSSIER : Fessenheim : la plus ancienne centrale nucléaire de France

Les Allemands trouvent la centrale nucléaire de Fessenheim moins fiable que les Français

mardi 12 janvier 2016 à 11:13 Par Olivia Cohen, France Bleu Alsace, France Bleu Elsass et France Bleu

Suite à la parution d'un rapport allemand, pointant "de graves déficits de sécurité", le débat sur Fessenheim ressurgit. Le député écologiste Denis Baupin a saisi l'Autorité de sûreté nucléaire, et s'interroge.

Denis Baupin interpelle l'ASN suite à la parution d'un rapport allemand
Denis Baupin interpelle l'ASN suite à la parution d'un rapport allemand © Maxppp

Fessenheim, France

Le rapport qui met en cause la sécurité *de la centrale de Fessenheim* a été publié fin 2015 par le ministre de l'environnement du Bade-Wurtemberg, en Allemagne. Il a ensuite été transmis officiellement à la ministre de l'Écologie, Ségolène Royal, le 21 décembre dernier.

En réaction, Denis Baupin, vice-président de l'Assemblée nationale et député EELV, a saisi ce lundi 11 janvier l'Autorité de sûreté nucléaire sur cette question : "Je ne fais pas plus confiance à l'Allemagne qu'à la France, je demande simplement à l'ASN de nous donner son analyse sur ce rapport ! Cela semble étonnant que de chaque côté de la frontière, on aboutisse à des conclusions différentes. Comment, au sein de l'Union européenne, peut-on avoir des avis radicalement opposés ?"

Des risques de tremblements de terre sous-évalués

Ce n'est pas le premier rapport du genre, alors pourquoi réagir maintenant ? Denis Baupin se défend de toute récupération politique : "Je suis fidèle à mes positions. J'avais déjà interrogé l'ASN et l'IRSN, l'Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire, lors de la parution du précédent rapport. Le directeur de l'IRNS l'avait reconnu : les risques sismiques ont été sous-évalués à Fessenheim. Alors, aujourd'hui, j'attends une réaction de l'ASN et surtout, la question qui se pose, c'est : pourquoi ne dispose-t-on pas des mêmes référentiels de sûreté dans l'Union européenne ?"

De son côté, le président de la République François Hollande l'a réaffirmé : la centrale nucléaire de Fessenheim sera fermée avant 2017.