Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Climat – Environnement

À cause des températures douces, les fleurs se croient au printemps

mardi 29 décembre 2015 à 14:42 Par Laurent Vareille, France Bleu Azur

Avec des températures bien au-dessus des normales saisonnières, la végétation se croit au printemps et en oublie l'hiver. Les conséquences dans l'agriculture azuréenne sont nombreuses.

Mimosa en fleur
Mimosa en fleur © Maxppp

Nice, France

C'est peut-être la précocité du mimosa qui est l'expression la plus emblématique de ces températures anormalement hautes. A l'ouest du département, les petites boules jaunes ont déjà commencée leur éclosion. Certaines sont encore vertes mais leur floraison est incontestablement en cours ce qui pose de gros problèmes aux producteurs.

Un manque à prévoir dès le mois de janvier

"Nous risquons d'avoir des manques lors des fêtes traditionnelles du mimosa", explique Michel Dessus, président de la chambre d'agriculture des Alpes-Maritimes. "Normalement, la production s'écoule en janvier et février. Quand on sait que nous avons déjà commencé à en vendre, on peut alors être inquiet !"

Michel Dessus, président de la Chambre d'Agriculture des Alpes-Maritimes

La saison sera également raccourcie dans le temps ce qui représente un manque à gagner important pour les producteurs locaux. Certains savent déjà que le volume total de fleurs sera divisé par deux. Une situation constatée à Pégomas dans l'exploitation de Fabien. Ce dernier avoue également que les acheteurs ne sont pas aujourd'hui au rendez-vous alors qu'il a du mimosa à vendre et que demain, il n'en aura plus alors que justement les clients en voudront. Paradoxal !

Pas que pour le mimosa !

Et ce qui est valable pour le mimosa l'est aussi pour les autres fleurs. Toutes les productions sont en avance poursuit Michel Dessus. Celui qui est aussi horticulteur le constate dans sa propre exploitation. "Il y a en ce moment une sur-production qui heureusement a pu être écoulée pour noël mais qui manquera forcément au moment des fêtes des fleurs, nombreuses sur la Côte d'Azur entre janvier et avril."

"Il faut qu'il fasse froid"

Alors face à cette anormale chaleur hivernale, la seule solution, c'est le froid. Il faut que les températures baissent afin de remettre de l'ordre dans le cycle végétatif. Quelques gelées nocturnes stoppent la floraison du mimosa. Un cycle qui concerne également les légumes, eux aussi touchés par ce que certains nomment le dérèglement climatique. Des salades par exemple  ont déjà été récoltées, plus d'un mois en avance.