Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Climat – Environnement

Centrale de Cattenom : sécurité satisfaisante mais peut mieux faire

lundi 28 avril 2014 à 19:07 Par Marie Rouarch, France Bleu Lorraine Nord

L'Autorité de sûreté nucléaire (ASN) a présenté ce lundi son bilan de l'année 2013 pour la centrale de Cattenom. Résultats globalement satisfaisants au point de vue de la sûreté, mais l'exploitant - EDF - peut mieux faire en termes de sécurité des travailleurs.

Centrale nucléaire de Cattenom.
Centrale nucléaire de Cattenom. © EDF-CNPE de Cattenom

L'année 2013 a été globalement satisfaisante à la centrale de Cattenom. C'est l'avis de l'Autorité de sûreté nationale (ASN), qui présentait ce lundi son rapport sur la sûreté nucléaire et la protection en Lorraine.

L'ASN a procédé à 27 inspections de la centrale de Cattenom, l'an passé. De son côté, la centrale a signalé 33 événements significatifs relatifs à la sûreté. Les plus "sérieux", cinq au total, ont été classés au niveau 1 de l'échelle INES, qui mesure la gravité des événements nucléaire, le niveau minimal étant 0 et maximal, 8. Des événements qualifiés d'anomalies par l'ANS : "ils ont légèrement impacté la sûreté, explique Florien Kraft, chef de la division de Strasbourg de l'Autorité de sûreté nucléaire, la raison pour laquelle on communique dessus, c'est qu'il faut qu'ils soient pris en compte dans le retour d'expérience, et que l'exploitant, EDF, les utilise pour progresser. Néanmoins, nous n'estimons pas que la sûreté ait été, pendant ces événements-là, fortement affaiblie. C'est pour ça qu'ils sont restés au niveau 1."   A l'origine de ces signalements : des circuits mal configurés, un tuyau trop abîmé pour assurer une résistance suffisante au risque sismique, des réactions approximatives d'opérateurs lors d'un incident à la centrale. 

C'est mieux qu'en 2012, puisque cette année-là, un événement avait été classé au niveau 2, pour un problème au niveau des piscines de refroidissement de combustible.

Cattenom - pastillade

"La situation est globalement satisfaisante"

L'ASN qualifie donc la situation à la centrale de Cattenom de "satisfaisante" mais, comme en 2012, elle pointe du doigt un point noir sur ce site : le site se situe en-dessous de la moyenne du parc nucléaire français en matière de radioprotection , c'est-à-dire de la protection des travailleurs face aux rayonnements ionisants. Elle déplore également un manque de vigilance quant aux conditions de travail et un manque de prévention pour les activités à risque, autres que celles liées directement au nucléaire.