Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Climat – Environnement DOSSIER : Fessenheim : la plus ancienne centrale nucléaire de France

Centrale nucléaire de Fessenheim : le Conseil d'Etat annule le décret de fermeture

jeudi 25 octobre 2018 à 15:50 Par Blandine Costentin et Guillaume Chhum, France Bleu Alsace, France Bleu Elsass et France Bleu

Le Conseil d'Etat a annulé ce jeudi le décret sur la fermeture de la centrale nucléaire de Fessenheim. Le gouvernement devra signer un nouveau texte pour mettre fin à l'exploitation de la doyenne des centrales nucléaires.

La centrale nucléaire de Fessenheim.
La centrale nucléaire de Fessenheim. © AFP - Jean Isenman

Fessenheim, France

Le Conseil d'Etat, saisi par la commune de Fessenheim et des syndicats, a procédé ce jeudi à l'annulation du décret d'avril 2017 sur la fermeture de la centrale nucléaire alsacienne. La haute juridiction estime que cette décision n'avait pas été "légalement prise", au motif que l'exploitant, EDF, n'avait pas à l'époque formé de demande pour cette fermeture.  

Le décret, signé par la ministre de l'écologie Ségolène Royal peu avant la présidentielle, permettait à François Hollande de tenir peu ou prou sa promesse : lancer le processus de fermeture avant la fin de son mandat. Pour les élus locaux, favorables à la poursuite de l'exploitation du site, c'était un passage en force.

Vers un nouveau décret

Suite à cette annulation, le gouvernement va devoir prendre un nouveau décret pour la fermeture de la doyenne des centrales nucléaires. Lors de sa dernière visite en Alsace, Sébastien Lecornu, alors secrétaire d'Etat auprès du ministère de la Transition écologique, avait annoncé que Fessenheim "fermerait sous le quinquennat", malgré les retards à répétition de l'EPR de Flamanville. Le sort des deux sites nucléaires -l'ouverture de l'un pour la fermeture de l'autre- ont jusqu'ici toujours été liés.

Le ministre de la transition écologique a réagi sur Twitter en assurant que "la fermeture était irréversible" et qu'"un nouveau décret serait pris en temps utile".

Le maire de Fessenheim s'est réjoui de la décision du Conseil d'Etat : "C'est un camouflet pour Ségolène Royal et la politique en général du mandat de François Hollande". Pour Claude Brender, le gouvernement doit y voir un "avertissement" dans ses rapports avec les collectivités territoriales.

La réaction du maire de Fessenheim, Claude Brender