Climat – Environnement

Centrale nucléaire de Fessenheim : les associations anti-nucléaires portent plainte contre EDF et Areva

Par Céline Rousseau, France Bleu Alsace, France Bleu Elsass et France Bleu vendredi 14 octobre 2016 à 6:10

Une action de Greenpeace devant la centrale nucléaire de Fessenheim en avril 2014
Une action de Greenpeace devant la centrale nucléaire de Fessenheim en avril 2014 © Maxppp -

Plusieurs associations portent plainte contre EDF et Areva à propos d'une pièce défectueuse sur le réacteur numéro 2 de la centrale nucléaire de Fessenheim. Les anti-nucléaires accusent les deux entreprises d'avoir dissimulé la gravité de l'anomalie et d'avoir mis en danger la vie d'autrui.

Sept associations anti-nucléaires portent plainte contre Areva et EDF après la détection d'une anomalie sur le réacteur n°2 de la centrale nucléaire de Fessenheim. Greenpeace France, le Réseau « Sortir du nucléaire », Stop Transports-Halte au nucléaire, Stop Fessenheim, CSFR, Alsace Nature et France Nature Environnement demandent au Procureur de la République de Paris d’ouvrir une enquête préliminaire sur quatre délits majeurs, dont usage de faux et mise en danger délibérée de la vie d’autrui.

Les anti-nucléaires estiment qu'Areva et EDF avaient connaissance d'une anomalie grave sur ce réacteur : une pièce défectueuse fabriquée par Areva au Creusot. En mai dernier, Areva avait informée l'Autorité de sureté nucléaire (ASN) d'irrégularités dans le contrôle de fabrication de pièces produites au Creusot (Saône-et-Loire), en service dans le parc nucléaire français. A Fessenheim, le réacteur n°2 est à l'arrêt depuis le 13 juin, justement pour permettre à l'ASN de mener toutes les investigations.

Usage de faux et mise en danger de la vie d'autrui

Mais selon les associations, EDF aurait dissimulé l'irrégularité pendant un mois à l'ASN "entre mai et juin 2016". Elles accusent le fabricant Areva "d’avoir sciemment utilisé un faux en vue d’obtenir un certificat de conformité délivré par l’ASN". La pièce en question est un générateur de vapeur, composant essentiel du réacteur. "En cas de dysfonctionnement, le risque d'accident nucléaire est démultiplié" expliquent les anti-nucléaires dans un communiqué. Les associations portent donc aussi plainte pour mise en danger de la vie d'autrui.

Elles réclament une nouvelle fois l'arrêt immédiat de la centrale alsacienne, la plus vieille de France. Ce dépôt de plainte est aussi un moyen pour les anti-nucléaires de mettre la pression sur le gouvernement. François Hollande a promis que serait publié d'ici la fin de cette année le décret sur la fermeture de Fessenheim.

   - Visactu
© Visactu -

Partager sur :