Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Climat – Environnement DOSSIER : Le pourquoi du comment

Ces espèces de plantes ou d’animaux qui nous envahissent en Bourgogne

Quel est le point commun entre le ragondin, la chenille processionnaire ou la Renouée du Japon? Ce sont des espèces que l'on trouve en Bourgogne, des espèces invasives, c'est à dire qui nuisent à l'écologie ou à la santé. Comment ces espèces sont-elles arrivées là?

 Le Ragondin est une espèce de mammifères de la famille des Myocastoridae,.Leur nombre les rendent envahissants et nuisibles.
Le Ragondin est une espèce de mammifères de la famille des Myocastoridae,.Leur nombre les rendent envahissants et nuisibles. © Maxppp - Vincent VOEGTLIN

Bourgogne-Franche-Comté, France

L’introduction de ces espèces à plusieurs causes. Certaines comme le ragondin ont été importées volontairement. Ce gros rongeur est originaire d'Amérique du sud. On l'a ramené en Europe au XIXème siècle pour sa fourrure. Comme il n'a pas de prédateur naturel, il a proliféré.

D’autres espèces sont arrivées chez nous par hasard, par les transports de marchandises, c'est le cas du moustique tigre ou du frelon asiatique. 

Le Pourquoi du Comment sur les plantes invasives version Radio

Il y a enfin parfois une introduction naturelle.  La chenille processionnaire par exemple, vivait tranquille à l'ombre des pins méditerranéens mais à la faveur du changement climatique, elle est remontée vers le nord. Ces différents types d'introductions sont aussi valables pour les plantes invasives, comme la Renouée du japon ou l'Ambroisie.

Un nid de frelons asiatiques et ses larves - Maxppp
Un nid de frelons asiatiques et ses larves © Maxppp - Christophe Barreau

Des espèces nuisibles

Dans certains cas, ces espèces créent un déséquilibre. Le frelon asiatique décime les colonies d'abeilles et d'autres insectes. Il faut donc limiter au maximum sa prolifération.

Parfois ce sont des raisons de santé publique qui poussent à prendre des mesures de lutte. Le moustique tigre, par exemple,  peut être vecteur de la dengue ou du chikungunya. Le ragondin est lui aussi porteur de maladies. Cet animal d’ailleurs cumule les nuisances : Il fragilise les berges des rivières en creusant des galeries, il fait des dégâts dans les cultures ( il adore le maïs) et se goinfrent de plantes aquatiques.

La Renouée du Japon pousse le long des routes et en bordures de cours d'eau. - Maxppp
La Renouée du Japon pousse le long des routes et en bordures de cours d'eau. © Maxppp - Claude Prigent

Des plantes envahissantes 

Les plantes invasives génèrent le même genre de nuisances. La Renouée du Japon par exemple, colonise les bords de route et les berges. Sa présence envahissante élimine les autres espèces de plantes. Du coup les oiseaux et autre reptiles se retrouvent le bec dans l’eau ou plus exactement à la diète. L'écosystème est donc menacé.

L’ambroisie que l'on trouve par exemple en Côte d'Or se développe également  à toute vitesse dans les cultures, mais elle pose surtout  un problème de santé publique. Son pollen est très allergisant. Un site internet a été mis en place "signalement-ambroisie.fr " pour mesurer son développement et contrôler son expansion.