Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Environnement

Charente-Maritime : des rivières à sec et des poissons qui souffrent de la chaleur

-
Par , France Bleu La Rochelle

A cause de la sécheresse, de nombreuses rivières sont à sec en Charente-Maritime. A Aigrefeuille-d'Aunis, 50% des rivières n'ont plus d'eau du tout depuis un mois. Elles ne peuvent donc plus alimenter le Lac de Frace dont le niveau a déjà drastiquement baissé.

Depuis un mois, il n'y a plus une goutte d'eau dans cette rivière d'Aigrefeuille-d'Aunis.
Depuis un mois, il n'y a plus une goutte d'eau dans cette rivière d'Aigrefeuille-d'Aunis. © Radio France - Marine Protais

Aigrefeuille-d'Aunis, France

La Charente et la Charente-Maritime sont en alerte orange sécheresse. De nombreuses rivières sont à sec depuis déjà un mois. A Aigrefeuille-d'Aunis, 50% des rivières n'ont plus d'eau du tout. Elle s'est complètement évaporée. A l'emplacement d'un cours d'eau qui, en temps normal alimente le Lac de Frace sur 5 km, près d'un mètre d'herbe et de mauvaises herbes ont poussé. 

En quelques semaines, herbe et mauvaises herbes ont pris la place du cours d'eau. - Radio France
En quelques semaines, herbe et mauvaises herbes ont pris la place du cours d'eau. © Radio France - Marine Protais

L'endroit est méconnaissable. Francis Bignon, garde-pêche à Aigrefeuille-d'Aunis, constate, avec beaucoup de peine, que cette rivière a temporairement disparue. "Il n'y a plus rien de beau à voir. Il n'y a plus d'eau, il n'y a plus rien."

D'habitude, le niveau d'eau de cette rivière atteint "un mètre à un mètre cinquante" d'après le garde-pêche. Et la situation semble empirer année après année. "Ça fait déjà deux ans qu'on assiste à ça. Il y a deux ans, on était en état de sécheresse au mois d'août. Là, nous sommes à la mi-juillet, et déjà en sécheresse."

Seul remède selon lui, qu'il pleuve "au moins trois ou quatre jours" et de façon "intensive". Mais Francis n'y croit pas tellement. Et pour l'instant, il n'y a presque plus aucun cours d'eau pour alimenter le Lac de Frace dont le niveau baisse drastiquement. En un mois, il est déjà descendu de 30 cm. Chaque jour, il perd 5 cm et la situation ne s'améliore pas.

Une température de l'eau dépassant les 20°C

A la fin de l'été, il aura perdu plus entre 1m et 1,20m, d'après Francis Bignon, ce qui représente la moitié de sa profondeur. Avec une baisse aussi importante, il y a d'importants risques pour les 3 tonnes de poissons qui peuplent ce lac. Alors pour tenter de les préserver, ils sont déplacés par une association de pêche, le Gardon Aigrefeuillais, dont François Pelletier est le président. 

On essaie de faire du sauvetage de façon totalement artisanale. On vient avec des bassines qu'on remplit d'eau, on y met le poisson puis on va le remettre un peu plus loin, à un endroit où il y a de l'eau.

Et avec le soleil, le peu d'eau qu'il reste chauffe très vite. La température a déjà dépassé les 20°C certains jours. Une situation qui inquiète Francis Bignon, le garde-pêche. _"_Ça fait souffrir le poisson, parce que dans de l'eau chaude, un poisson sera bouilli. Il ne bougera pas, il ne mordra pas. Il va rester au plus profond pour avoir de l'eau fraîche. Enfin... si on peut appeler ça de l'eau fraîche."

Les pêcheurs doivent donc redoubler de patience. En 4 heures, Jean-Paul n'a attrapé que 26 poissons. C'est trois fois moins qu'en temps normal. Alors pour attirer ceux qui se trouvent au fond de l'eau, il a développé une technique : varier les appâts. "Je mets des petits asticots rouges, des jaunes, des verts... ou même du maïs." 

Jean-Paul pêche trois fois moins de poisson qu'en temps normal. - Radio France
Jean-Paul pêche trois fois moins de poisson qu'en temps normal. © Radio France - Marine Protais

Lui qui pêche depuis près de 60 ans a vu une réelle évolution. _"_On pêchait beaucoup plus il y a 20 ou 30 ans. Je me souviens quand le samedi matin j'allais à Marans, j'attrapais facilement 120 poissons !"

Il regrette de ne plus faire "les pêches d'autrefois". Les poissons sont de moins en moins nombreux dans les lacs et les rivières, alors pour lutter contre la raréfaction des espèces, Jean-Paul, comme tous les autres pêcheurs du lac, pratiquent la technique du "no kill". Ils attrapent les poissons, mais les relâchent aussitôt.