Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Climat – Environnement

Changement climatique : comment gérer le manque d'eau en Gironde d'ici 2050 ?

mercredi 4 octobre 2017 à 16:32 Par Stéphane Hiscock, France Bleu Gironde

L'agence de l'eau Adour-Garonne propose un plan d'adaptation au changement climatique. "Si nous ne changeons pas nos habitudes, nous irons au-devant de difficultés majeures" prévient l'établissement public.

illustration sécheresse
illustration sécheresse © Maxppp - maxppp

Bordeaux, France

Les projections les plus pessimistes du changement climatique dressent un tableau alarmant : ressources moins abondantes, dégradation de la qualité de l'eau des rivières, sécheresses, inondations plus fréquentes et plus intenses, érosion côtière ... Voilà ce qui nous attend d'ici 2050 si nous ne changeons pas nos habitudes.

L'agence de l'eau Adour-Garonne ne veut pas faire de catastrophisme mais elle prévient que la hausse de 2 degrés du thermomètre prévu d'ici 30 ans va modifier et peser sur notre environnement, et notamment ici dans le sud-ouest.

Un déficit hydrique déjà marqué

Aujourd'hui notre bassin d'alimentation Adour Garonne pâtit déjà d'un déficit hydrique de 150 millions de mètres cubes d'eau. Dans 30 ans ce déficit sera multiplié par 6. En première ligne : nos rivières. En 2050 leur débit va diminuer de 30%. Agriculteurs, industriels et collectivités vont devoir se mettre autour de la table et s'adapter pour éviter les conflits d'usages prévient l'agence.

En ce qui concerne nos robinets et l'eau potable, pas de panique ! Nous bénéficions de nappes phréatiques profondes et bien remplies mais avec la poussée démographique que nous connaissons en Gironde (20.000 habitants de plus par an) et notamment sur l'agglomération bordelaise il faudra tout de même creuser toujours plus loin et toujours plus profond pour aller chercher notre eau.

En conclusion, l'agence de l'eau recommande des mesures de bon sens : lutter contre le gaspillage, préserver les milieux aquatiques, réduire nos émissions de gaz et évaluer régulièrement nos politiques en matière de consommation d'eau.