Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Climat – Environnement

Chastreix-Sancy : les poissons comme indicateurs de la qualité de l'eau

dimanche 26 août 2018 à 5:05 Par Juliette Micheneau, France Bleu Pays d'Auvergne

La réserve naturelle Chastreix-Sancy compte 75 kilomètres de cours d'eau. Les pêches scientifiques sont l'un des outils pour en savoir plus sur la présence de poisson et sur la qualité du milieu aquatique. Reportage.

Les techniciens de l'Agence française pour la biodiversité utilisent la technique de pêche électrique pour prélever les poissons qui seront ensuite relâchés.
Les techniciens de l'Agence française pour la biodiversité utilisent la technique de pêche électrique pour prélever les poissons qui seront ensuite relâchés. © Radio France - Juliette Micheneau

Chastreix, France

Équipés de cuissardes et de gants en caoutchouc, ils sont quatre à arpenter pendant deux jours des kilomètres de ruisseau. Objectif de l'opération : identifier les poissons présents, les compter, les calibrer. Les agents vont également cartographier précisément le ruisseau et noter ses caractéristiques comme la température, le PH ou encore la quantité d'oxygène dissous dans l'eau.

La réserve naturelle Chastreix-Sancy compte pas moins de 75 kilomètres de cours d'eau qui alimentent les sources de la Dordogne. L'an dernier les techniciens de l'Agence française pour la biodiversité avaient exploré le ruisseau de la Fontaine Salée, où ils avaient enregistré la présence de la truite. Cette fois nous sommes dans le cours d'eau qui traverse le Bois de la Masse.

Une pêche électrique à but scientifique

Pour ces relevés, les techniciens utilisent la pêche électrique. Une technique illégale, autorisée uniquement dans ce cadre scientifique. Le procédé va simplement "choquer" le poisson qui doit très vite être sorti du champ électrique à l'épuisette.

Dans ce ruisseau du Bois de la Masse, un seul type de poisson présent : le vairon.

Dans ce ruisseau du Bois de la Masse, seul le vairon est présent. - Radio France
Dans ce ruisseau du Bois de la Masse, seul le vairon est présent. © Radio France - Juliette Micheneau

Une fois les poissons pêchés, les techniciens les trient par calibre. Ils vont en mesurer et peser trente de chaque pour tenter de décrire au mieux la population du ruisseau.

Un échantillon de trente poissons est pesé et mesuré. - Radio France
Un échantillon de trente poissons est pesé et mesuré. © Radio France - Juliette Micheneau

Les poissons sont ensuite relâchés. Seuls quelques uns ont été prélevés et envoyés au Muséum d'Histoire naturelle pour une étude génétique.

Des eaux de très bonne qualité

L'étude de ces populations de poissons est un des indicateurs de la qualité du milieu aquatique. Ces relevés ont lieu depuis 2014 et rentrent dans l'Observatoire des cours d'eau mis en place par la réserve naturelle de Chastreix-Sancy. Des inventaires des insectes aquatiques et des diatomées (micro-algues) ont également été réalisés, trois sondes thermiques surveillent l'évolution des températures, déterminantes pour des espèces comme la truite. Des analyses ont aussi été faites et n'ont détecté aucun micro-polluant. Autant d'indices qui montrent la qualité bonne à très bonne des eaux de la réserve.