Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Environnement

Cher : les éleveurs doivent s'adapter à la sécheresse

-
Par , France Bleu Berry

Pour éviter par exemple, les pénuries de fourrages, la chambre d'agriculture du Cher promeut depuis quelques années une nouvelle technique : les ensilages de méteils.

Les éleveurs du Cher se mettent au méteil pour remplacer le fourrage
Les éleveurs du Cher se mettent au méteil pour remplacer le fourrage © Radio France - Michel Benoit

Bourges, France

De plus en plus d'étés secs, voire d'automnes secs : dans le Cher, il manque environ un tiers de précipitations depuis le début d'année. Des sécheresses à répétition qui poussent les agriculteurs à faire évoluer leurs pratiques. Les ensilages de méteils commencent à se développer.    Le méteil, c'est un mélange de graines, qu'on sème un peu plus tard que les prairies classiques et qu'on récolte un peu plus tôt au printemps. Ces cultures sont ainsi moins exposées au risque de sécheresse : " Cela consiste à semer courant octobre un mélange contenant diverses céréales  et différents protéagineux qu'on va récolter immatures au printemps, c'est à dire entre le 20 avril et le 15 mai, explique Yvan Lagrost, conseiller fourrage à la chambre d'agriculture du Cher. Cela permet de produire un fourrage de très bonne qualité et avec un très bon rendement." 

Yvan Lagrost, conseiller fourrage à la chambre d'agriculture du Cher - Radio France
Yvan Lagrost, conseiller fourrage à la chambre d'agriculture du Cher © Radio France - Michel Benoit

Le méteil a aussi un autre avantage : " Aujourd'hui, c'est difficile de semer des prairies fin août-début septembre, parce que c'est sec. Doc, ce que l'on fait, c'est qu'on essaie de semer ces prairies courant octobre sous couvert de ces méteils. Ainsi, on sécurise la levée de ces prairies et une fois qu'on a récolté le méteil au printemps, la prairie est installée et on peut faire une première fin juin." 

La chambre d'agriculture du Cher, à Bourges - Radio France
La chambre d'agriculture du Cher, à Bourges © Radio France - Michel Benoit

Une parade assez efficace mais qui demande de se remettre en cause puisque le méteil se conserve en ensilage ou en enrubannage... En parallèle, les éleveurs essaient d'optimiser l'herbe présente au printemps en faisant pâturer au mieux leurs animaux. D'autres cultures sont également testées : " On travaille également sur les espèces fourragères plus adaptées aux températures élevées et au manque d'eau, comme la luzerne, la chicorée ou encore le plantain. Il y a différentes solutions aujourd'hui pour faire face au changement climatique." Des essais sur le sorgho sont aussi effectués ;  il consomme environ un tiers d'eau en moins que le maïs mais se heurte à des températures un peu trop froides la nuit lorsqu'il lève en fin de printemps.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu