Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Climat – Environnement

Cher : les premières restrictions d'eau

-
Par , France Bleu Berry

La préfecture du Cher devrait faire paraître un premier arrêté d'économie d'eau d'ici la fin de semaine. Les nappes d'eau sont déjà très basses.

Les débits des cours d'eau sont très faibles dans le Cher. L'automne et l'hiver ont été trop secs.
Les débits des cours d'eau sont très faibles dans le Cher. L'automne et l'hiver ont été trop secs. © Radio France - Michel Benoit

Cher, France

Les premières restrictions d'eau dans le département du Cher, alors que nous ne sommes pas encore mi-avril. La situation n'est pas inédite, mais tout de même assez exceptionnelle. La préfecture sortira cet arrêté d'ici la fin de semaine. Il ne s'agit pas encore d'interdiction d'arrosage mais la préfecture a décidé de réduire de 20 % les volumes d'eau disponibles pour l'arrosage sur trois bassins, à l'Est de Bourges, notamment dans le secteur des Aix d'Angillon. On observe un déficit pluviométrique de 50 % à l'automne, de 25 % cet hiver. Les nappes phréatiques sont basses. Il faut donc prendre les devant dès maintenant. D'où ces mesures de restriction sur trois bassins à l'Est de Bourges, en champagne Berrichonne : sur l'Yèvre Amont, le bassin Colin-Ouatier -Langis et sur le bassin Auron-Airin-Rampenne, des cours d'eau déjà très bas. 

Thierry Touzet (à gauche), directeur des territoires dans le Cher et Olivier Poite, du service environnement et risques à la préfecture du Cher - Radio France
Thierry Touzet (à gauche), directeur des territoires dans le Cher et Olivier Poite, du service environnement et risques à la préfecture du Cher © Radio France - Michel Benoit

Certes, aucun seuil d'alerte n'est atteint mais les débits des cours d'eau ne sont qu'au quart de leurs volumes moyens à cette saison. Concrètement, les agriculteurs dans ces secteurs peuvent continuer d'arroser (puisque certains semis doivent déjà l'être) , mais ils empiètent sur leurs quotas pour l'été, des quotas réduits de 20 % par la préfecture : " Ces quotas courent jusque fin octobre, précise Thierry Touzet directeur des territoires dans le Cher, mais il n'y a plus que 80 % disponibles. Cette mesure est plutôt un avertissement à adapter au mieux les arrosages pour ne pas mettre la ressource en péril." Deux captages en eau potable font également l'objet d'une surveillance accrue : celui de Drevant, près de St-Amand-Montrond et celui de Lapan, non loin de Levet. 

L'Auron, à Bourges, déjà très bas. - Radio France
L'Auron, à Bourges, déjà très bas. © Radio France - Michel Benoit

Pas encore d'interdictions d'arrosage pour le moment, mais elles ne tarderont pas s'il ne pleut pas.  Les répercussions de cette sécheresse sont déjà visibles pour les agriculteurs : les blés et les orges souffrent déjà du manque d'eau. Des agriculteurs qui à l'automne, n'ont pu semer que 10 % des surfaces habituelles de colza, à cause de la sécheresse. Ils se sont rabattus sur des semis de printemps comme la lentille, la féverole, le lin ou les pois de printemps. Les éleveurs aussi sont inquiets : leurs stocks de fourrage étaient déjà très faibles avant l'hiver, et s'il ne pleut pas, les prochains fauchages ne seront pas drus...