Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Climat – Environnement DOSSIER : Chiffre du jour

Chiffre du jour : des cultures provençales vont pousser 180 km plus au nord à cause du réchauffement climatique

lundi 26 novembre 2018 à 6:26 Par Camille Labrousse, France Bleu Vaucluse

Le réchauffement climatique va avoir des conséquences directes sur les cultures méditerranéennes. De plus en plus, elles se développeront plus au Nord. Journée spéciale "Agir pour ma planète" sur France Bleu Vaucluse, en vue de la COP24 début décembre en Pologne.

Photo d'illustration
Photo d'illustration - Alain Hocquel - Vaucluse Provence

Vaucluse, France

Dans quelques années, l'olivier n'aura plus grand chose de provençal ou méditerranéen. Les scientifiques de l'INRA, l'institut national de la recherche agronomique sont formels : un degré de plus permettra à certaines cultures d’apparaître 180 kilomètres plus au nord. Les pays du Nord, plus arrosés, deviendraient une terre de concurrence pour le maïs-grain, le sorgho ou le tournesol. La culture de l'olivier gagnerait le sud-ouest avec des conséquences économiques pour les filières touchées.  

La production de vin va évoluer

Les scientifiques s'attendent aussi à de fortes perturbations dans le calendrier du développement des arbres fruitiers. Pour l'abricotier par exemple, les hivers doux peuvent créer des troubles comme la chute de bourgeons ou des fruits avortés. En 30 ans, la floraison des pommiers s'est avancée d'une dizaine de jours sous l'effet de la chaleur. 

Des conséquences sont aussi à prévoir pour la vigne puisque les dates des vendanges ont été avancées de deux à trois semaines en moyenne au cours ds 30 dernières années, sans parler des variations sur la teneur en alcool ou sur l'acidité des fruits.  L'avenir est très incertain donc, et il en sera question dès ce lundi en Pologne pour préparer la COP 24.

Agir pour ma planète avec Radio France - Radio France
Agir pour ma planète avec Radio France © Radio France