Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Climat – Environnement

Chiffre du jour : la pétition pour défendre le centre de la faune sauvage à Buoux rassemble plus de 44.000 signatures

mercredi 13 février 2019 à 6:50 Par Camille Labrousse, France Bleu Vaucluse

La pétition gonfle d'heure en heure. Le texte qui défend le centre de sauvegarde de la faune sauvage à Buoux recueille ce mercredi matin plus de 44.000 signatures. Le centre régional est menacé puisque l'État renonce à le financer.

Un hibou grand duc
Un hibou grand duc © Maxppp - VINCENT ANDORRA

Buoux, France

Les Vauclusiens et les Provençaux sont attachés à leur nature. La pétition pour la défense du centre de sauvegarde de la faune sauvage à Buoux recueille ce mercredi matin 44.000 signatures. Ce chiffre gonfle d'heure en heure. Ce centre régional pourrait disparaître alors que l'État va cesser de le financer. C'est donc un tiers de budget en moins pour le centre, contraint de fermer son accueil depuis le début du mois. La région maintient son financement, les donateurs aussi mais ce ne sera pas suffisant.   

Des animaux blessés de toute la région

Le centre de Buoux existe depuis 23 ans, créé par le Parc naturel régional du Luberon et géré par la Ligue de protection des oiseaux. Le centre soigne les animaux sauvages blessés pour ensuite les remettre en liberté dans leur milieu naturel. Près de 1.500 oiseaux et petits mammifères y sont soignés chaque année : des écureuils, hérissons, chauves souris, chouettes, hiboux, mésanges...  

Ils viennent souvent de toute la région, apporté par des promeneurs qui sont tombés sur un animal blessé.  La femme à l'origine de la pétition invoque la défense de la biodiversité, de la faune sauvage et du patrimoine naturel. Il n'y a aucun autre endroit où apporter les animaux blessés dans la région : si l'État se retire, elle demande donc aux six départements de PACA de prendre leur part.