Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Environnement DOSSIER : Chiffre du jour

Chiffre du jour : le centre de sauvegarde de la faune sauvage de Buoux recrute un soigneur

-
Par , France Bleu Vaucluse

Le centre de sauvegarde de la faune sauvage de Buoux rouvre ses portes ce lundi, après quatre mois de fermeture en raison de problèmes financiers. Pour fonctionner correctement, il cherche un soigneur supplémentaire.

Photo d'illustration
Photo d'illustration © Maxppp - Amat Michel

Buoux, France

Un poste de soigneur est à prendre au centre de sauvegarde de la faune sauvage de Buoux. Il rouvre enfin ses portes ce lundi après quatre mois de fermeture et d’inquiétude pour le personnel, les amis des bêtes et les gérants de la LPO, la ligue de protection des oiseaux. Depuis février, le centre est menacé de fermer définitivement faute de financements suffisants. La région et le département ont bien confirmé leurs aides, mais l’État de son côté a tardé à le faire. Après quatre mois de négociation, la dotation du ministère de la transition écologique s’élèvera bien à 30.000 euros, comme nécessaire. 

Un soigneur en plus de la soigneuse déjà présente 

Depuis février, le centre est fermé au public mais une soigneuse a tout de même continué à travailler pour soigner les animaux déjà présents. Désormais, pour assurer l’accueil et prendre en charge d’autres bêtes, la LPO en recrute un deuxième. Le centre compte aussi sur l’équipe de bénévoles et sur deux services civiques, en cours de recrutement eux aussi. L’un sera chargé spécifiquement des soins et l’autre de la médiation, autrement dit de l’accueil du public et de la communication.  

La LPO se félicite de cette réouverture et de l’émotion suscitée puisque la pétition lancée en début d’année recueille aujourd'hui 98.000 signatures et plus de 11.000 euros ont été récoltés. Pour pérenniser son action, la ligue de protection des oiseaux espère aussi consolider des liens avec d’autres partenaires pour que cette courte fermeture ne se reproduise pas.