Climat – Environnement

Cinq militants berrichons partent aux Pays-Bas pour le vrai-faux procès contre Monsanto

Par France Bleu et Marc Bertrand, France Bleu Berry et France Bleu jeudi 13 octobre 2016 à 19:05 Mis à jour le jeudi 13 octobre 2016 à 19:34

Raphaël Tillié, militant de Vigilance OGM 36, se rend à La Haye, aux Pays-Bas pour assister au vrai-faux procès contre Monsanto
Raphaël Tillié, militant de Vigilance OGM 36, se rend à La Haye, aux Pays-Bas pour assister au vrai-faux procès contre Monsanto © Radio France - Marc Bertrand

Une vingtaine d'associations écologistes du monde entier organisent un tribunal citoyen à La Haye, aux Pays-Bas, pour juger la multinationale agro-industrielle. Un procès symbolique, sans légitimité juridique. Le chef d'accusation ? Monsanto détruirait la biodiversité.

Il y aura bien des juges, des procureurs, des greffiers... Mais ce procès n'a aucune valeur juridique. Une vingtaine d'associations écologistes, par exemple Greenpeace, vont former un tribunal citoyen. Le but, c'est de juger Monsanto pour un crime contre l'humanité, un crime qu'aucun tribunal officiel ne peut juger... tout simplement parce qu'il n'existe pas !

Un faux procès, de vrais arguments juridiquesles militants écologistes appellent ça... un écocide ! Alors qu'est-ce que c'est ?

Les militants écologistes appellent ça un "écocide" : c'est la destruction systématique de la biodiversité. Pour les associations, Monsanto produit des semences génétiquement modifiées et les vend à travers le monde. Les plantes OGM sont plus résistantes aux insectes... Mais elles sont aussi bourrées de produits chimiques. Et en plus, elles remplacent les espèces naturelles de plantes, qui elles, disparaissent, peu à peu.

Les semences OGM ne sont-elles dangereuses pour la santé ? Non, disent les industriels comme Monsanto. Mais les associations écologistes répondent : ça n'a jamais été prouvé ! D'ailleurs, au procès de demain, des gens du monde entier vont venir témoigner. Ils se disent victimes des conséquences des OGM sur leur santé.

Cinq militants de l'Indre assistent au procès

Monsanto ne sera pas présent pour se défendre. "Ils ont refusé pour l'instant", dit Raphaël Tillié. Avec quatre autres militants Indriens de Vigilances OGM 36, une association de "faucheurs" d'OGM, ils se déplacent pour assister au procès, et débattre dans une assemblée citoyenne à La Haye. Ils rendront compte de leur expérience dans une conférence au Poinçonnet, lundi 17 octobre. au Poinçonnet. Rendez-vous est donné à 20 heures à la salle ODAKIM.

L'entreprise dénonce un procès fantoche, procès à charge, sans aucune valeur légale. C'est pas faux, répondent les militants ! Mais pour eux le but est ailleurs : ce vrai-faux procès n'aura certes aucun effet juridique. Mais les écologistes espèrent avoir un retentissement mondial. Et ainsi, mobiliser l'opinion publique sur les problématiques liées aux OGM. Les personnes qui voudraient attaquer Monsanto à l'avenir pourront aussi réutiliser les arguments juridiques développés au cours du procès, qui, eux, sont solides.

Partager sur :