Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Climat : les forêts franc-comtoises vont-elles changer de visage ?

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Besançon, France Bleu Belfort-Montbéliard

Alors que l'épicéa est attaqué par un parasite qui prolifère après la sécheresse de l'été 2018 et la douceur de l'hiver en cours, l'interprofession de la filière forêt-bois réfléchit à planter d'autres arbres en Franche-Comté.

Le scolyte est un insecte coléoptère qui creuse des sillons entre le bois et l'écorce de l'épicéa.
Le scolyte est un insecte coléoptère qui creuse des sillons entre le bois et l'écorce de l'épicéa. - FIBOIS Franche-Comté

Après l'été 2018 marqué par la sécheresse, l'hiver en cours n'est pas assez froid pour ralentir la progression des scolytes. Ces insectes parasites, pas plus long que 6mm, sont responsables du dépérissement de 25% du stock de résineux (350 000 tonnes) de l'interprofession de la filière forêt-bois en Franche-Comté. Avec la douceur de l'hiver, et un printemps qui ne devrait pas être plus frais, la FIBOIS s'inquiète pour sa récolte 2019 qui ne devrait pas être meilleure.

Là il y en a un qui est en train de sécher, là un autre qui perd son écorce... Regardez celui-là, son sommet est déjà tout rouge !" Jean Dubois - propriétaire privé

Reportage avec Jean Dubois, propriétaire privé d'une parcelle d'épicéas entre Domprel et Pierrefontaine-les-Varans.

Les scolytes se reproduisent sous l'écorce des épicéas

Quand les beaux jours reviennent, et ils étaient plutôt agréables en février, le scolyte mâle perce l'écorce de l'épicéa. La femelle arrive ensuite pour s'accoupler et c'est donc sous l'écorce qu'elle va pondre ses œufs. Les larves finiront par creuser de multiples sillons qui empêchent la sève de circuler. L'épicéa dépérit et les larves devenues grandes s'envolent pour aller coloniser les arbres voisins.

Les conditions climatiques actuelle nous font craindre une épidémie qui va repartir de plus belle... Les prochaines attaques vont arriver d'ici moins d'un mois si la température ne chute pas !" Martial Taulemesse - ingénieur forestier à la FIBOIS.

La FIBOIS de Franche-Comté appelle donc les propriétaires de parcelles privées à abattre le plus rapidement possible pour contenir au maximum la propagation. Les pertes se chiffrent à plus de 20 millions d'euros en 2018. "La qualité du bois était moins bonne" explique le délégué général Christian Dubois. Et en abattant autant d'arbre, "on a forcément saturé le marché", ajoute Christian Dubois. Les forestiers n'ont pourtant pas le choix s'ils veulent protéger ce qu'il leur reste de forêt.

Remplacer les épicéas par d'autres arbres ?

Après avoir coupé les arbres malades, que replanter ? C'est la question sur laquelle travaillent les ingénieurs forestiers de la FIBOIS comme Martial Taulemesse. "Il faut faire les bons choix pour que l'essence d'arbre plantée soit toujours là dans 50 ans et qu'elle soit adaptée aux changements climatiques" explique-t-il.

Le sapin va peut-être prendre la place de l'épicéa en basse altitude... Le hêtre pourrait lui monter un peu plus en altitude." Martial Taulemesse

Martial Taulemesse parle de "pari sur l'avenir". L'Office National des Forêts demande également aux communes impactées de se faire connaître pour réfléchir à ce futur de la forêt franc-comtoise. Le scolyte s'attaque évidement aussi aux épicéas du domaine public. "Un épicéa reste un épicéa" s'amuse le propriétaire privé Jean Dubois, qui travaille dans le bois depuis 70 ans déjà...

Choix de la station

À venir dansDanssecondess