Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Environnement

L'Europe va examiner une plainte de citoyens qui l'accusent de ne pas assez lutter contre le réchauffement climatique

La Cour de justice de l'Union européenne vient d'accepter d'examiner une "plainte climatique" déposée par une dizaine de citoyens du monde entier dont un lavandiculteur basé à Grignan dans la Drôme et qui l'accusent de ne pas assez lutter contre le réchauffement de la planète.

Un camp de lavande à Grignan dans la Drôme.
Un camp de lavande à Grignan dans la Drôme. © Radio France - Victor Vasseur

C'est une première en Europe et un lavandiculteur drômois y contribue ! La Cour de justice de l'Union européenne (CJUE) a accepté d'examiner une "plainte climatique".  

Un champ de lavande à Grignan dans la Drôme. - Radio France
Un champ de lavande à Grignan dans la Drôme. © Radio France - Victor Vassseur

Une dizaine de citoyens du monde entier accusent l'Europe d'être trop laxiste dans la lutte contre les gaz à effet de serre. Parmi ces plaignants, il y a Maurice Feschet, un producteur de lavandes de Grignan.

40 % de perte depuis dix ans

Le lavandiculteur de Grignan assure perdre "en moyenne 40 % de sa récolte depuis dix ans à cause des intempéries".

Maurice Feschet, lavandiculteur à Grignan dans la Drôme.

Maurice Feschet réclame pas d'argent mais de réelles mesures concrètes imposées au Etats membres de l'Union Européenne pour préserver le climat.  

Marie Toussaint est la présidente et fondatrice de l'ONG "_Notre affaire à tous". Elle explique pourquoi cette première juridique est importante : " pour la première fois, des citoyens vont vraiment pouvoir plaider leur cause au sujet du climat devant les tribunaux de l'Union Européenne"_. 

"Peut-être qu'on pourrait avoir une décision qui s'apparente un peu à celle de Mansanto"

"Peut-être qu'on pourrait avoir de la part des juges une décision qui finalement s'apparente un peu à celle de Mansanto, des juges qui écoutent les citoyens et qui disent qu'ici des droits sont bafoués (...) et les gouvernements ne peuvent pas seulement parler mais doivent passer à l'action".

Marie Toussaint, présidente et fondatrice de l'ONG "Notre affaire à tous".

La COP 24 avec les spécialistes du climat venus du monde entier se déroulera en Pologne au mois de décembre prochain.

Choix de la station

France Bleu