Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Climat – Environnement DOSSIER : Fessenheim : la plus ancienne centrale nucléaire de France

CLIS de Fessenheim: opposants et partisans de la centrale se font entendre

mardi 15 mars 2016 à 23:24 Par Guillaume Chhum, France Bleu Alsace et France Bleu Elsass

La réunion de la CLIS, la commission locale d'information et de surveillance de la centrale de Fessenheim a été un peu agitée ce mardi, en préfecture du Haut-Rhin à Colmar. Les syndicats ont fait entendre leur voix, pour qu'on ne les oublient pas. Les opposants réclament la fermeture du site.

Les partisans de la fermeture de Fessenheim ont manifesté
Les partisans de la fermeture de Fessenheim ont manifesté - Guillaume Chhum

Colmar, France

La tension commence de nouveau à monter autour de la fermeture ou non de la centrale de Fessenheim. Ce mardi, la réunion de la CLIS , la commission locale d'information et de surveillance de la centrale a été agitée. Les syndicats ont pris la parole avant la réunion, ils ont demandé aux membres du comité de ne pas les oublier. " La centrale c'est 2 200 emplois, ne nous oubliez pas," a déclaré Laurent Raynaud le porte-parole de la CGT de Fessenheim. En se faisant le porte-parole des "sans voix", alors que le gouvernement n'arrive pas à se mettre d'accord sur la date de la fermeture. Le délégué syndical a aussi lancé aux allemands : " puisque vous êtes pour la fermeture de Fessenheim , il faut que la centrale arrête de vous verser 17,5% de notre énergie."

Les Allemands se sont aussi exprimés. Ils ont réclamé au président de la CLIS Michel Habig, que soit inscrit à l'ordre du jour de la prochaine réunion, des explications sur l'incident du 9 avril 2014, minimisé par les autorités françaises, selon la presse allemande. Michel Habig leur a répondu que cela faisait deux fois que la Clis s'est expliquée sur le sujet, mais il est d'accord pour de nouveau en discuter le 27 juin à Fessenheim, lors d'une nouvelle réunion de la CLIS, une réunion qui sera publique d'ailleurs. Elle devrait-être aussi agitée que celle qui s'est déroulée ce mardi après-midi à la préfecture du Haut-Rhin à Colmar.