Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Environnement

Comment expliquer les rejets très sombres dans la baie de Cassis ?

-
Par , France Bleu Provence

Pourquoi y a-t-il des rejets noirâtres en mer, à 200 mètres d'une plage de Cassis (Bouches-du-Rhône) ? Le phénomène s'est particulièrement accentué ces dernières semaines, depuis un incendie sur la station d'épuration. Mais de longs travaux de réparation ont été lancés.

L'émissaire de Cassis photographié par Michel Nox
L'émissaire de Cassis photographié par Michel Nox - Michel Nox

Cassis, France

C'est une vidéo d'un plongeur amateur qui met en évidence un problème lié à la station d'épuration de Cassis. Où ça précisément ? Au niveau de la pointe des Lombards. Ce sont en fait des rejets de l’émissaire de la station d’épuration, station gérée non pas par la ville mais par la Société des eaux de Marseille et la Métropole. Son l'origine : l’incendie le 22 avril sur une armoire électrique de la station d’épuration. 

"Ça sent les égouts, ça pue la m... Il y a un bouillon noir en surface, avec des déchets qui tournent tout autour." Michel Nox

Michel Nox, plongeur apnéiste "L'eau est noir marron, et on voit des fumées noires qui sortent de ce tuyau"

C'est un apnéiste "de l'extrême", déjà lanceur d'alerte il y a trois ans sur la même zone, qui a publié une nouvelle vidéo. Même lieu, mais cause visiblement différente. Michel Nox, plongeur varois, a plutôt l'habitude et le plaisir de mettre en valeur les épaves mythiques que l'on peut trouver sur nos côtes. Mais voilà : il est retombé sur ce tuyau d'évacuation de la station d'épuration de Cassis.

Un incendie à l'origine de cette pollution

Cette fois, c'est donc un incendie qui est apparemment à l'origine de cette "pollution". Un feu sur le local électrique de la station d'épuration, incendie officiellement accidentel. 

Toute la partie consacrée aux "biofiltres" est hors d'usage. La station d'épuration fonctionne désormais, pendant les réparations, de manière "dégradée". Et pour compenser, pour respecter les normes de rejets, les responsables de la station d’épuration ont dû "surdoser" le chlorure ferrique qui permet de traiter les eaux usées. C'est ce qui explique la coloration très sombre que l'on retrouve au bout de ce tuyau qui finit en pleine mer.

La maire de Cassis a un projet pour recycler les eaux usées

La maire de Cassis a demandé à trois reprises déjà à La Métropole une étude pour que l'émissaire (le tuyau) soit rallongé et que les eaux usées soient rejetées plus loin et plus profondément. Encore faudrait-il être certain que ce ne serait pas contre-productif : un courant pourrait avoir des effets encore plus néfastes.

"Le gros problème, depuis la construction de cette station en 1973, est-ce que c'est de l'intelligence ou de la bêtise, mais ils ont construit cet émissaire en eau peu profonde. Du coup, à chaque fois qu'on lave les filtres ou qu'on a un souci comme cet incendie, il y a un tourbillon un peu plus foncé qui sort de l'émissaire." Danielle Milon, maire de Cassis

Comment fonctionne la station d'épuration ? Jusqu'en 2006-2007, il n'y avait qu'un mode de fonctionnement "physico-chimique". Depuis a été ajouté un traitement bio, beaucoup plus efficace. Mais c'est justement cette partie bio qui ne fonctionne plus

"Le panache noirâtre s'explique par plusieurs phénomènes, pour Fabien Pinna, le directeur de la station d'épuration de Cassis, gérée par la Société des eaux de Marseille. D'abord, l'eau qu'on rejette est de l'eau traitée qui a une température plus élevée que l'eau de mer, et c'est aussi de l'eau douce. Donc il y a une différence de température de salinité et de température, d'où ce panache turbide qui se forme. Et ce panache est amplifié par la présence résiduelle de matières en suspension. Enfin, on est obligé dans ce cas actuellement (l'incendie, Ndlr) de surdoser en chlorure ferrique, qui n'est pas dangereux -on l'utilise aussi dans le traitement de l'eau potable- mais qui amplifie le phénomène". 

Aujourd'hui, 80 à 85% des eaux usées seraient totalement traitées, contre plus de 95% dans un mode de fonctionnement normal, quand le procédé bio est actif. Mais il est vrai aussi que même avec le traitement biologique, l'eau a encore des reflets verdâtres après traitement.

Un chantier titanesque

Le local électrique incendié mesure plusieurs mètres carrés, avec des armoires et des automates à l'intérieur. Au total, il y a 25 kilomètres de câble à réparer. Le chantier est titanesque, et tout est mis en œuvre par la Société des Eaux de Marseille pour agir au plus vite. Les travaux seront terminés fin octobre au plus tard.

"C'est sûr que si on plonge à 7 mètres de profondeur au droit du rejet et qu'on avale cette eau de sortie, là on peut avoir des problèmes gastriques. Mais en surface, sur le premier mètre de profondeur, la dilution est telle que ce phénomène est estompé." Fabien Pinna, directeur de la station d'épuration de Cassis

Malgré tout, le Pavillon Bleu flotte sur Cassis. Et la mairie est d'ailleurs pointilleuse sur ce sujet de la qualité des eaux de baignade : elle ajoute, en plus des 80 prélèvements obligatoires fixés par l'ARS, 180 prélèvements supplémentaires.

Pendant ce temps, la maire de Cassis planche aussi sur un projet parallèle. Une idée que Danielle Milon défendait avant même cet incendie. Des études doivent être lancées avec la Métropole pour envisager un retraitement des eaux usées : elles pourraient être recyclées, et servir d'épandage par exemple. Reste à savoir si la Chambre d'agriculture donnera son feu vert... et si les viticulteurs joueront le jeu. Le territoire de Cassis est en effet classé en AOC.

Choix de la station

France Bleu