Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Environnement
Dossier : Le pourquoi du comment

Comment le réchauffement climatique va changer le vin de Bourgogne

-
Par , France Bleu Auxerre

C’est l'une des conséquences de la hausse des températures : le réchauffement climatique influence les vignes et inquiète la filière.

Le vignoble de la Côte Saint Jacques, au-dessus de Joigny, est l'un des plus au nord de la Bourgogne.
Le vignoble de la Côte Saint Jacques, au-dessus de Joigny, est l'un des plus au nord de la Bourgogne. © Maxppp - Olivier Boitet

Quels sont les effets du réchauffement climatique sur la vigne, en particulier en Bourgogne ? Comment la profession peut-elle y répondre ? Quelles sont les pistes envisagées ? Autant de questions qui agitent les vignobles de France depuis plusieurs années.

Comment la hausse des températures a-t-elle et va-t-elle changer le vin ?

D’abord, elle modifie la floraison de la vigne. Dans quasiment tous les vignobles de France, les vendanges ont été avancées de 2 à 3 semaines en 30 ans. La règle traditionnelle des vendanges "100 jours après la floraison" se vérifie de moins en moins. 

Les raisins murissent plus vite, donc, et les rendements sont plus importants. En Bourgogne, selon un rapport de l'ADEME (Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie) de 2012, le poids des grappes a augmenté de près de 50% depuis 1994. Mais contrairement à ce qu'on pourrait penser, ce n'est pas forcément une bonne nouvelle pour les viticulteurs. Car quand il y a trop de raisins sur une grappe, les arômes sont moins forts, ils sont "dilués" si l'on peut dire. Il faut donc faire un travail de taille plus important en hiver.

Les changements climatiques ont aussi un impact sur la météo : avec moins de jours de gel, mais plus d'épisodes de grêle. Un risque plus élevé de sécheresse. Et ces dernières années, plus d'épisodes de fortes pluies.

Enfin, la sécheresse fait reculer le mildiou, mais d'autres maladies (qui aiment la chaleur) progressent. La flavescence dorée, par exemple : c’est une bactérie qui était jusqu'à ici présente uniquement dans le sud de l'Europe, et qui remonte en même temps que les cicadelles, les insectes qui la propagent. On la trouve désormais aux portes de l’Yonne, en Saône et Loire.

 Vignes en automne au château du clos Vougeot, en Côte d'Or - Maxppp
Vignes en automne au château du clos Vougeot, en Côte d'Or © Maxppp - Simon Daval

Ces changements ont-ils vraiment un impact sur le goût des vins ?

Selon les spécialistes, les vins de Bourgogne d'aujourd'hui ne sont déjà plus les mêmes que ceux des années 70. Et on a tendance à dire que le changement climatique améliore la qualité. La maturité précoce des raisins fait monter le taux de sucre, qui se transforme en alcool. Les vins sont donc plus forts. Et on obtient plus fréquemment de meilleurs millésimes.

Sur le long terme, on s’attend à des évolutions gustatives pour tous les cépages. En Bourgogne, on estime que le Pinot Noir sera particulièrement impacté, car il est plus fragile que les autres cépages de vin rouge. En revanche, dans les blancs, le Chardonnay (très présent dans l'Yonne) devrait poser moins de problèmes, car c'est un cépage qui s'adapte bien.

Et comment les vignerons peuvent-ils s'adapter à ce changement ? 

La filière est obligée de modifier ses pratiques : avancer la date des vendanges, lutter contre la grêle et contre la sécheresse (notamment en plantant les vignes plus profondément dans la terre, ou en laissant pousser de l'herbe entre les rangs pour limiter l'évaporation).

Au-delà de ces changements de méthodes de travail : la profession étudie plusieurs pistes (plus radicales) : améliorer la génétique, pratiquer l'hybridation (c'est à dire des croisements entre cépages en utilisant des cépages plus résistants à la sécheresse ou aux nouvelles maladies). On va même jusqu'à évoquer un déplacement des vignobles ! Faire du Bourgogne en Champagne, par exemple. Ça peut paraître fou, et pourtant, les travaux des climatologues montrent que les conditions climatiques des années 70 sont aujourd'hui déplacées de 100 kilomètres vers le Nord. 

Vin et changement climatique : le Pourquoi du Comment de Delphine Martin

Le Pourquoi du Comment - Radio France
Le Pourquoi du Comment © Radio France - France Bleu
Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu