Climat – Environnement

Du beach tennis sur du sable recyclé à Rousson

Par Paul Ferrier, France Bleu Gard Lozère jeudi 22 octobre 2015 à 6:56

Le terrain de Beach Tennis de Rousson en poudre de verre
Le terrain de Beach Tennis de Rousson en poudre de verre © Radio France - DR

On en parle rarement, mais le sable à terme pourrait venir à manquer sur la planète. La faute à la surexploitation par l'industrie. Le président du petit club de tennis de Rousson, dans le Gard, pourrait peut-être avoir trouvé une solution géniale. Faire du sable à base de bouteille de verre.

Cet été un des joueurs du Tennis Club de Rousson a insisté pour que le Club s'équipe d'un terrain de Beach Tennis. Du tennis sur du sable, la version évoluée des raquettes de plage auxquelles vous avez forcément joué un jour ou l'autre.

Le président du club, François Fesquet,  accepte et c'est là que muri dans l'esprit de ce spécialiste des matériaux cette idée.  François Fesquet dirige une groupement d'entreprises spécialisées dans les matériaux de construction, "un monomaniaque des matériaux" ajoute-il. Il rencontre les responsables de la Verrerie du Languedoc, l'entreprise Vial à Vergèze (Gard) et ils élaborent ensemble le concept. Utiliser la partie non-recyclable du verre pour en faire du sable.

"Né de la poussière, tu redeviendras poussière"

Pour faire du verre, en gros, il faut faire fondre du sable. Du coup pour faire du sable, il suffit de broyer, rebroyer et tamiser du verre usagé. C'est ce que fait l'entreprise Vial à Vergèze. Elle a livré 180 tonnes de cette poudre de verre à Rousson pour faire son terrain de Beach Tennis.

Au touché, pas de doute, c'est comme du sable et bien sûr ça ne coupe pas les pieds. Déjà un lac en Lozère a contacté le président du Tennis Club de Rousson pour savoir comment il serait possible d'utiliser cette poudre de verre pour construire une petite plage de sable.

FOCUS SABLE

Le sable en voie de disparition

C'est un sujet rarement abordé. Le sable en raison de sa surexploitation industriel, serait menacé. Un documentaire du réalisateur français Denis Delestrac y avait été consacré en 2013.

Une pétition pour sauver les plages

A l'heure de la Cop 21, la fondation Surfrider Europe a lancé une pétition. Un petit film l'accompagne  avec cet avertissement :  Sauvons les plages. D'ici 2100, 90% d'entre elles auront disparu.