Climat – Environnement

Comment vit-on près d'un site nucléaire ? Bien, répondent les habitants de Chusclan

Par Lola Fourmy, France Bleu Gard Lozère mercredi 29 octobre 2014 à 8:52

Entrée du CEA de Marcoule
Entrée du CEA de Marcoule © Lola Fourmy / Radio France

Sortir du nucléaire, fermer Fessenheim... Des promesses de campagnes de François Hollande dont on est encore très loin. Mais justement, comment vit-on à proximité d'un site nucléaire, dans la crainte ou plutôt la confiance ? Reportage à Chusclan à 3.5 km du Centre de l'Energie Atomique de Marcoule.

""Santé et Nucléaire". C'était le thème d'un colloque au Visiatome du Centre de l'Energie Atomique (CEA) de Marcoule ce mardi. Les spécialistes du monde entier ont rencontré les étudiants en droit de l'université de Nîmes.

Ils ont parlé des contentieux liés à la santé et au nucléaire, ont échangé autour des risques, pendant qu'à 3,5 km de là, dans le village de Chusclan, la vie suivait son cours .

"Ah mais ici on vit très bien, on a même une espérance de vie plus longue qu'ailleurs. Si si, je vous assure !" (Laurent, de Chusclan)

Marcoule enrobé chusclan

"Vu qu'en plus on ne voit pas la centrale puisqu'elle est derrière la coline, on n'y pense pas." (Louis Chinieu, maire de Chusclan)

chusclan maire

A 3,5 km du CEA de Marcoule, la commune de Chuslan - Radio France
A 3,5 km du CEA de Marcoule, la commune de Chuslan © Radio France

 

"Plus on est près du risque, moins on le craint." (Yannick Martiquet, doctorant à l'université de Nîmes)

Mais cette réaction s'explique. Selon plusieurs études, la proximité d'un risque fait qu'on l'accepte mieux, notamment car en contrepartie il y a de nombreuses retombées économiques et qu'on est habitué à vivre avec ce risque .

marcoule martiqué

"En gros, ça représente moins d'1% de la radioactivité naturelle." (Le directeur du CEA de Marcoule)

Lors du colloque organisé mardi au Visiatome ouvert à tous, le directeur du CEA s'est forcément voulu rassurant , notamment au niveau des contrôles.

marcoule Son Directeur CEA

Prochain rendez-vous, les "assises du démentellement" , en décembre prochain.

Les habitants de Chusclan - Radio France
Les habitants de Chusclan © Radio France