Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Climat – Environnement

Compter les papillons pour observer le changement climatique

mercredi 5 avril 2017 à 11:25 Par Aurélie Lagain et Jean-Michel Le Ray, France Bleu Vaucluse

Le muséum d'histoire naturelle et l'Harmas appellent les particuliers à compter le nombre de papillons pour constater l'évolution du changement climatique.

Papillon (illustration)
Papillon (illustration) © Maxppp -

Sérignan-du-Comtat, France

Le mois de mars a été le plus chaud en France depuis 1900, ex-aequo avec 1957, avec une moyenne de 11°C, annonce Météo France.

En Vaucluse le thermomètre est monté jusqu'à 25° degrés en ce mois de mars mais ce n'est pas pour autant que cette chaleur fait de ce mois de mars 2017 le plus chaud historiquement dans le département. Pas de record. Le CIRAME, centre agro-météo de Carpentras Serres précise que le mois de mars 1994 par exemple a été plus chaud.

Un facteur qui permet de voir l'évolution de la météo au fil de ces dernières années, c'est l'observation des papillons . Le muséum d'histoire naturelle et son relais en Vaucluse , l'harmas de Jean-Henri Fabre à Sérignan-du-Comtat, ont lancé l'opération L’Observatoire des Papillons des Jardins : Un réseau de surveillance des espèces communes de papillons de jour par les amateurs.

Toutes les observations remontées depuis huit ans permettent ainsi d'appréhender certaines évolutions climatiques.

Benoit Fontaine coordonne les observatoires de suivi naturaliste chez Vigie-Nature, estime que le programme s'il se base sur des milliers de papillons donne une image intéressante : "Ce type de programme a permis de montrer que en moyenne, la population de papillons se déplaçait vers le nord pour rester dans les zones de températures qui leur conviennent."

"Le réchauffement climatique a un effet à long terme", affirme Benoît Fontaine