Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Climat – Environnement

COP 21 : la technique de l'agroforesterie se développe en Indre-et-Loire

mardi 3 novembre 2015 à 9:08 Par Jérôme Collin, France Bleu Touraine

En Indre-et-Loire, l'agroforesterie n'est encore qu'une expérimentation. Il y en a une à Nouzilly, menée par l'NRA, ainsi qu'à Lémeré. Le principe est simple : planter des arbres au milieu des cultures agricoles. Grâce à cela, l'eau est mieux retenue dans les nappes phréatiques.

La Chambre d'agriculture d'Indre-et-Loire soutient le projet
La Chambre d'agriculture d'Indre-et-Loire soutient le projet © Radio France - Jérôme Collin

Lémeré, France

En Indre-et-Loire, l'agroforesterie est expérimentée à Nouzilly, une opération menée par l'INRA. Une autre existe à Lémeré, près de Richelieu. **Dans une parcelle de cinq hectares, au milieu des semences de blé, 150 arbres ont été plantés en novembre 2014.** Des noyers, des amandiers, des chênes truffiers également. Pour l'instant hauts comme trois pommes, les arbres, une fois grands, auront de nombreux effets sur leur environnement. "Leurs racines vont se relier entre elles et mieux retenir l'eau. Pour nous, ça sera intéressant par exemple en période de sécheresse, quand il ne pleut pas pendant plusieurs semaines", explique Agnès Devijver, l'exploitante céréalière qui participe au projet.

Moins de consommation d'eau pour les agriculteurs et des récoltes plus régulières

150 arbres ont été plantés dans cette parcelle de cinq hectares - Radio France
150 arbres ont été plantés dans cette parcelle de cinq hectares © Radio France - Jérôme Collin

Et les premiers effets se font déjà ressentir. "On s'aperçoit que dans un rayon de 100 mètres autour d'un arbre, ça pousse beaucoup mieux !" La Chambre d'agriculture d'Indre-et-Loire s'associe au projet. Alice Martin, chargée de projet, pense que l'agroforesterie est une solution au réchauffement climatique et ses conséquences sur les cultures. "Ils vont faire un peu d'ombre et protéger les cultures. Et les arbres pourront absorber les émissions de carbone. C'est capital en période de réchauffement climatique."

Sans oublier un dernier argument économique. Les arbres devront être taillés tous les ans. Le bois coupé pourra être vendu et représentera un complément financier pour les agriculteurs.