Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Climat – Environnement DOSSIER : COP24 - Quarante-quatre initiatives pour sauver la planète

COP24 - Deux Toulousains font du compost avec les déchets végétaux des restaurants

dimanche 25 novembre 2018 à 22:37 Par Simon Cardona, France Bleu Occitanie

À l’occasion de la COP 24, organisée du 3 au 14 décembre en Pologne, France Bleu vous fait partager les initiatives locales en faveur de l’environnement. À Toulouse, deux amis font la tournée des restaurants et des bars toulousains pour récupérer les déchets végétaux et en faire du compost.

Mathieu et Valentin sont les deux "alchimistes" toulousains
Mathieu et Valentin sont les deux "alchimistes" toulousains © Radio France - Simon Cardona

Toulouse, France

Depuis un mois, deux amis se sont lancés dans la collecte de déchets végétaux pour en faire du compost en créant Alchimistes Occitera à Toulouse (filiale des Alchimistes basés à Paris). Le concept : les restaurateurs et les barmans toulousains payent un abonnement mensuel pour que ces éboueurs spécialisés dans les déchets végétaux viennent faire le tri dans leurs poubelles. Pour ensuite en faire du compost.

Entre 70 et 120 euros par mois

Les deux "alchimistes" facturent ce service entre 70 et 120 euros par mois. Et les restaurateurs abonnés n'ont pas de compost en retour. C'est juste par conscience écologique. "On privilégie les producteurs locaux, le boucher d'à côté. Réduire nos déchets, c'est dans la lignée de ce qu'on veut faire", explique Mathias Forest, gérant du restaurant Face B à Toulouse.

Les alchimistes ne récupèrent que les déchets végétaux - Radio France
Les alchimistes ne récupèrent que les déchets végétaux © Radio France - Simon Cardona

Épluchures de fruits de légumes et marc de café.... "950 km de vélo par mois, 9 à 10 tonnes d'épluchures collectées", détaille fièrement Mathieu, l'un des cofondateurs d'Alchimistes Occitera, sur son vélo à remorque électrique

Diviser par 20 le trajet des bio-déchets

Les déchets organiques se retrouvent ensuite dans des bacs, mélangés à des intrants pour faire du compost sur un terrain situé à Bellefontaine, à la sortie de Toulouse. Il faut quatre mois pour que ces restes deviennent de l'or noir destiné aux jardins. Une solution temporaire le temps que Mathieu et son ami Valentin investissent dans un électro-composteur. "On passerait de 4 mois à dix jours pour produire du compost", expliquent les deux Toulousains.

"Mais ça, c'est seulement la première phase, prévient Valentin. Le but c'est de mailler le territoire toulousain, de créer plusieurs endroits avec des électro-composteurs pour s'occuper aussi des déchets organiques des particuliers. Car pour l'instant aucune solution n'est proposée par les services publics."

Les deux entrepreneurs veulent aussi utiliser le terrain qu'ils détiennent actuellement à Bellefontaine pour développer des jardins partagés grâce au compost produit. Pour l'instant, ils ne parviennent pas à faire de profit et mettent tout l'argent récolté par les abonnements dans ce projet. Ils espèrent avoir un salaire d'ici un an.

Mathieu récupère jusqu'à 150 à 200 bio-déchets par jour avec son vélo électrique  - Radio France
Mathieu récupère jusqu'à 150 à 200 bio-déchets par jour avec son vélo électrique © Radio France - Simon Cardona