Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Climat – Environnement DOSSIER : COP24 - Quarante-quatre initiatives pour sauver la planète

COP24 - "Taxer les flux financiers pour financer la transition écologique", prône Limousin Nature Environnement

lundi 26 novembre 2018 à 10:42 Par Fabienne Joigneault, France Bleu Limousin

Michel Galliot comprend la révolte des gilets jaunes, mais rappelle que le prix des carburants va augmenter, avec ou sans hausse des taxes. Pour le président de Limousin Nature Environnement, il faut un accompagnement social à la transition écologique. Et pourquoi pas via une taxe Tobin ?

Pour Michel Galliot, le prix du carburant va monter de toute façon, et il faut s'y préparer
Pour Michel Galliot, le prix du carburant va monter de toute façon, et il faut s'y préparer © Radio France - Alain Ginestet

Limousin, France

Emmanuel Macron doit annoncer ce mardi son "pacte social" pour accompagner la transition écologique. Une prise de parole enclenchée après plus d'une semaine de manifestations et de blocages routiers des gilets jaunes, contre les taxes sur le carburant, et la baisse du pouvoir d'achat en général. Cet accompagnement est indispensable, pour Michel Galliot. Le président de Limousin Nature Environnement répondait à 8h15 aux 3 questions d'Alain Ginestet

Ce lundi est une journée #agirpourmaplanète sur France Bleu, à une semaine de la COP 24 : est-ce qu'on en fait tous assez, individuellement, pour le climat ?

Il y a des gens qui font beaucoup de choses, qui ont plein d'idées, et d'autres qui ne sont pas conscients de l'enjeu. Il y a des choses qui sont rentrées dans les mœurs. Par exemple, il y a 8 ans, j'avais l'impression d'être tout seul en vélo dans Limoges, et maintenant, il y a vraiment du monde.  

Est-ce que les politiques publiques vont dans le bon sens ? 

Elles vont dans le bon sens, mais elles ont pris du retard, et ça va lentement.  Il y a des problèmes d'argent, mais il y a aussi des solutions qui sont proposées. Jean Jouzel a proposé par exemple de taxer les flux financiers mondiaux pour financer la transition énergétique. Et ça ne nuirait pas à l'économie, au contraire, car on met l'argent sur l'économie réelle.   

Demain, Emmanuel Macron va annoncer la création d'un haut-comité sur le climat avec 13 experts. Est-ce que ça sert à quelque-chose ?

On peut se demander aussi à quoi sert le Giec... On se rend bien compte que les décideurs, politiques et économiques, et le grand public ont besoin d'un avis fiable, non-contestable. Mais il ne faut pas que ça, il faut que les conclusions soient suivies. 

Vous comprenez la colère des gilets jaunes, et que certains soient surtout inquiets pour la fin du mois plutôt qu'à l'avenir de la planète ? 

On peut comprendre la révolte. Mais ça ne supprime pas les problèmes. Il faut y réfléchir et agir en fonction de sa raison, et pas de ses émotions. De toute façon, le prix du carburant va monter, taxes ou pas, donc il faut s'y préparer. On l'annonce depuis des années, et tous les mouvements écologiques ont dit qu'il fallait des solutions pour accompagner les plus fragiles.