Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : L'écologie, c'est pas nouveau

COP 24 - VIDÉO : L'impact nocif des pollutions automobiles sur la santé

-
Par , France Bleu

La COP 24 se tient cette année à Katowice entre le 3 et 14 décembre. À cette occasion, France Bleu revient sur des questions environnementales actuelles dont l'impact des pollutions automobiles sur la santé. Mais on s'aperçoit que ce n'est pas nouveau.

La pollution automobile est nocive pour la santé
La pollution automobile est nocive pour la santé © Getty

Depuis 2012, l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS) a classifié les émissions des véhicules Diesel comme cancérigènes. Les particules fines et les oxydes d'azote spécifiques aux moteurs diesel créent des troubles respiratoires, des infections des bronches, mais aussi des complications cardiaques. Ces risques concernent également les moteurs à essence mais dans une moindre mesure.

Déjà en 1983, un rapport avait pointé du doigt la dangerosité pour la santé des gaz d'échappement. Donc, ce n'est pas nouveau !

Le 7 juillet 1983, le professeur André Roussel remet aux ministères chargés de l'Environnement et de la Santé son rapport : "Impact médical des pollutions d'origine automobile". 

Le rapport pointe trois principaux facteurs nocifs pour la santé. Les moteurs diesel qui émettent dans l'atmosphère des particules fines seraient cancérigènes. L'émission d'oxyde de carbone a un impact sur la santé des piétons et des conducteurs à l'intérieur de leur véhicule. Enfin, l'emploi du plomb ajouté à l'essence qui peut provoquer des désordres sanguins, neurologiques et rénaux

À l’époque, seul 5 à 6% du parc automobile français roulait au diesel contre 62 % aujourd'hui.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess