Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

COP21 : accord historique sur le climat

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Paris, France Bleu
Île-de-France, France

Après deux semaines de négociations, les représentants de 195 payréunis lors de la COP21 au Bourget, près de Paris, ont adopté samedi un accord mondial sans précédent pour lutter contre le réchauffement de la planète, source de dérèglements et de menaces croissantes pour l'homme et la nature.

Laurent Fabius, le président de la COP21
Laurent Fabius, le président de la COP21 © Reuters

C'est "le premier accord mondial sur le climat de l'Histoire". Voilà comment François Hollande a qualifié samedi ce texte ambitieux avant qu'il soit définitivement adopté.

"L'accord de Paris pour le climat est adopté", a dit Laurent Fabius, suscitant une longue salve d'applaudissements dans toute la salle. "C'est un petit marteau mais il peut faire de grandes choses", a déclaré le président de la COP21, en référence à ce pacte qui entrera en vigueur en 2020.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

Depuis le 30 novembre, les délégations de 195 pays négociaient les termes du tout premier accord universel et contraignant sur le climat. Après deux semaines de négociations, parfois âpres, elles ont validé le texte lors d'une nouvelle séance plénière ce samedi en fin d'après-midi. Il n'a pas fait l'objet d'un vote, le consensus étant requis dans le cadre de la Convention climat de l'ONU.

Un pacte dont s'est félicité le président François Hollande et son homologue américain, Barack Obama, sur Twitter.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

En deçà de 2°C

Le projet d'accord "juste" et "durable" avait été présenté samedi matin par Laurent Fabius. Il a pour objectif de contenir le réchauffement "bien en deçà de 2°C" et appelle à "poursuivre les efforts pour limiter la hausse à 1,5°", par rapport à l'ère préindustrielle. Un but plus ambitieux que les 2°C visés jusqu'à présent, et qui était souhaité ardemment par les pays les plus vulnérables.

"Un tournant" 

— Greenpeace

Sur 195 pays, 186 ont annoncé des mesures pour limiter ou réduire leurs émissions de GES à horizon 2025/2030. Mais même si elles étaient respectées, la hausse du mercure serait ramenée à environ 3°C. Pour atteindre l'objectif "bien en-deçà de 2°C", le texte propose "un pic des émissions de GES le plus tôt possible" et "d'entreprendre des réductions rapides ensuite (...) afin de parvenir à un équilibre entre émissions" dues aux activités humaines et celles "absorbées par les puits de carbone durant la seconde moitié du siècle", une référence possible aux forêts mais aussi à la technique du captage et stockage du CO2.

Le texte évite le terme de "neutralité carbone" auquel s'opposaient des grands producteurs mondiaux d'énergies fossiles comme l'Arabie saoudite ou l'Inde. 

Mécanisme de révision et aides financières aux pays du sud

Un des dispositifs clé de l'accord est la mise en place d'un mécanisme de révision des engagements nationaux qui restent volontaires. Elle devra avoir lieu tous les cinq ans et chacune "représentera une progression" par rapport à la précédente. Une première discussion sur les actions prises et à prendre est néanmoins prévue en 2018, les pays étant alors seulement invités en 2020 à revoir leurs contributions.  

L'aide aux pays en développement pour faire face au réchauffement, qui doit atteindre 100 milliards de dollars annuels en 2020, devra être "un plancher", appelé à être revu à la hausse, selon le projet. Il s'agit là d'une exigence de longue date des pays du Sud.

Coup dur pour les énergies fossiles

Ce pacte doit permettre de réorienter l'économie mondiale vers un modèle à bas carbone. Une telle révolution implique un abandon progressif des ressources fossiles (charbon, pétrole, gaz), qui dominent largement la production énergétique mondiale, un essor des énergies renouvelables, des économies d'énergies ou encore une protection accrue des forêts. 

Idé
Idé
Choix de la station

À venir dansDanssecondess