Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

COP21 : les sylviculteurs d'Aquitaine demandent une meilleure reconnaissance de leur action en faveur du climat

-
Par , France Bleu Gironde
Bordeaux, France

Le syndicat des sylviculteurs du sud-ouest regrette que la grande conférence internationale sur le climat qui se tient à Paris fasse l'impasse sur les politiques de reboisement. Il faut que le sylviculture soit reconnu comme "un fabricant naturel de climat" estime Christian Pinaudeau.

Pins maritimes
Pins maritimes © Radio France

La forêt est au coeur de la COP21 qui se déroule à Paris. Les sylviculteurs du Sud-Ouest suivent les débats avec beaucoup d'attention. Ils plaident pour une meilleure reconnaissance de leur travail en faveur du climat. Leur argument : les millions d'arbres qu'ils ont planté depuis 150 ans participent à la capture du CO2, responsable du réchauffement climatique. 

"Nous sommes des fabricants naturel de climat" : voilà ce que tentent de faire entendre les sylviculteurs du plus grand massif forestier planté d'Europe. Depuis quelques années la profession s'est engagée dans un immense chantier de reboisement : 270 millions d'arbres plantés sur une surface 20 fois plus grande que celle de Paris. Depuis le Médoc jusqu'à Mont-de-Marsan ce sont des kilomètres de pins maritime à perte de vue.

Ces arbres stockent le gaz carbonique, dégagent de l'oxygène et participent ainsi à la lutte contre le réchauffement climatique. On taxe bien les pollueurs pourquoi pas rémunérer ceux qui font l'inverse ? C'est l'argument de Christian Pinaudeau, secrétaire du syndicat des sylviculteurs du Sud-Ouest.

Il faut fixer un prix du carbone. A ce moment là les forestiers auront une rémunération sur le CO2 qu'ils stockent.

— Christian Pinaudeau

Chrisitan Pinaudeau

Mais aujourd'hui les sylviculteurs d'Aquitaine n'ont pas l'impression d'être entendu. C'est pourtant c'est un secteur qui génère 3,5 milliards d'euros de chiffre d'affaire par an, soit autant que la viticulture.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu